Plein écran
© Invision for the Television Academy

Les moments forts de la cérémonie des Emmy Awards

La 71e édition des Emmy Awards, l'équivalent des Oscars pour la télévision américaine, s'est tenue dimanche soir à Los Angeles. Retour sur les moments forts de la soirée.

La réunion des acteurs de “Game of Thrones”

Les membres de “Game of Thrones” se sont réunis une dernière fois sur la scène des Emmy Awards. Les acteurs principaux étaient tous de la fête, même Kit Harington qui faisait là sa première sortie publique depuis une cure de repos “pour travailler sur certains problèmes personnels”. 

Emilia Clarke, qui interprète Daenerys Targaryen dans “GoT”, a été particulièrement applaudie, de même que Gwendoline Christie (Brienne de Torth), que la production n’avait pas proposé aux Emmys et qui a dû s’inscrire de sa propre initiative.

“Nous aurions aimé que la série dure toujours”, a expliqué Maisie Williams (Arya Stark). Pour autant, “notre heure était venue.”

Plein écran
© Chris Pizzello/Invision/AP

Peter Dinklage, le génial Tyrion Lannister dans la série, a remporté un Emmy en tant que meilleur acteur dans un second rôle dans une série dramatique. Il est le seul à repartir avec un prix individuel. Il a notamment battu son frère à l’écran, Nikolaj Coster-Waldau. “Je me considère chanceux de faire partie d’une communauté qui n’est rien d’autre que tolérance et diversité parce qu’il n’y a pas d’autre endroit où je pourrais être debout sur une scène comme celle-ci”, a confié l’acteur. 

Une partie de son discours, trop vulgaire pour la télévision, a été censurée. Il a rigolé: “Hé, c’est fini, je m’en fiche.” Il a encore dit que si c’était à refaire, il referait tout, sans hésiter. 

Plein écran
© AFP
Plein écran
© AFP

“Je suis en deuil tous les jours”: Patricia Arquette rend hommage à sa soeur disparue

Patricia Arquette, 51 ans, a remporté un Emmy Award pour son rôle dans la mini-série “The Act”. Elle a confié être “reconnaissante” d’avoir du travail. “Je suis reconnaissante de vivre, à 50 ans, les meilleurs moments de ma vie.” Elle a surtout rendu hommage à sa sœur Alexis Arquette, l’une des premières militantes transgenres à Hollywood. Elle est décédée le 11 septembre 2016 des suites d’une crise cardiaque liée à une infection au cœur, complication du sida qu’elle avait contracté en 1987.

Plein écran
© AFP

“Dans mon cœur, je suis si triste”, a confié Patricia. “J’ai perdu ma sœur Alexis. Et les transgenres sont toujours persécutés. Je suis en deuil tous les jours de ma vie, Alexis. Et je le serai pour le reste de ma vie, pour toi, jusqu’à ce qu’on change le monde pour que les trans ne soient plus persécutés. Donnez-leur du travail”, a imploré Patricia Arquette. “Ce sont des êtres humains. Donnons-leur du travail.”

L'émotion pour les cinq “vrais” innocentés de “Dans leur regard”

Jharrel Jerome a remporté le prix du meilleur acteur dans une mini-série pour son rôle de Korey Wise dans l’incroyable série coup de poing à voir sur Netflix “When They See Us” (“Dans leur regard”, en français). Ému aux larmes, l’acteur de 21 ans a confié: “J’ai l’impression que je devrais être dans le Bronx, en train d’attendre que ma mère fasse la cuisine, mais je suis là, en face de tous ceux qui m’inspirent.” Il a dédié son Emmy aux “5 de Central Park”. 

Pour rappel, “When They See Us” de la réalisatrice Ava DuVernay raconte l’histoire vraie de cinq adolescents qui étaient au mauvais endroit au mauvais moment. En 1989, ils ont été arrêtés pour le viol d’une joggeuse à Central Park. Violentés par les autorités, ils ont avoué ce crime qu’ils n’avaient pourtant pas commis. Ils ont passé des années en prison avant que le vrai violeur ne sorte de l’ombre, avoue son méfait et les innocente, enfin. 

Les “5 de Central Park”, Antron McCray, Kevin Richardson, Yusef Salaam, Raymond Santana et Korey Wise se sont levés tandis que Jharrel s’adressait à eux. La salle leur a réservé une standing ovation. Jharrel Jerome avait obtenu, cette année, sa première nomination aux Emmys. Il a battu Hugh Grant, Benicio Del Tero, Jared Harris, Sam Rockwell et Mahershala Ali, avec lequel il jouait dans “Moonlight”, Oscar du meilleur film en 2017.

Plein écran
Jharrel Jerome © Chris Pizzello/Invision/AP
Plein écran
Jharrel Jerome © AFP
Plein écran
© AFP

“Traitez les autres femmes comme vous me traitez”

Michelle Williams a profité de sa tribune aux Emmy Awards pour livrer un discours sur l’égalité. En janvier 2018, tout le monde était sous le choc en apprenant que son partenaire Mark Wahlberg avait gagné 1.500 fois son salaire pour retourner des scènes du film “Tout l’argent du monde”. En recevant le prix de la meilleure actrice pour “Fosse/Verdon”, Michelle Williams a estimé que n’importe quelle actrice devrait être traitée à Hollywood comme elle a eu la chance de l’être sur le tournage de la série. Elle a été payée la même chose que son acolyte masculin à l’écran, Sam Rockwell. 

Plein écran
© REUTERS

“Je vois cela comme une reconnaissance de ce qui est possible lorsqu’on fait confiance à une femme pour discerner ses propres besoins et qu’elle se sent suffisamment en sécurité pour les exprimer et qu’elle est suffisamment respectée pour être entendue. Quand j’ai demandé des cours de danse, on m’a dit oui. Quand j’ai demandé plus de cours de chant, j’ai entendu oui. Une perruque différente, des fausses dents pas faites en caoutchouc, on m’a dit oui. Toutes ces choses demandent des efforts et coûtent plus cher mais mes patrons n’ont jamais cru qu’ils savaient mieux que moi ce dont j’avais besoin pour faire mon travail et pour honorer Gwen Verdon. Merci FX et Fox 21 Studios de m’avoir soutenue complètement et de m’avoir payée équitablement.” 

Elle a déclaré qu’il fallait particulièrement soutenir les actrices de couleur. “La prochaine fois qu’une femme, et surtout une femme de couleur, parce qu’elle gagne 52 cents là où son homologue masculin blanc gagne 1 dollar, vous dira ce dont elle a besoin pour faire son travail, écoutez-la. Croyez-la. Parce qu’un jour, elle pourrait se tenir devant vous et vous dire merci de lui avoir permis de réussir grâce à son environnement de travail et pas en dépit de lui.”