Marlène Schiappa prend la défense de Yann Moix: "Je sais que je vais me faire lyncher"

VideoInvitée de l'émission "Chez Moix" diffusée sur la chaîne française Paris Première, Marlène Schiappa a pris la défense de l'écrivain après ses propos polémiques sur les femmes âgées de plus de 50 ans. La Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes estime que "Yann Moix a le droit d'être attiré par qui il veut."

"Je suis incapable d'aimer une femme de 50 ans. Je trouve ça trop vieux (...) Ce n'est pas une question de dégoût, mais ça ne me viendrait pas à l'idée. Elles sont invisibles. Je préfère le corps des femmes jeunes, c'est tout. Point. Un corps de femme de 25 ans, c'est extraordinaire. Le corps d'une femme de 50 ans n'est pas extraordinaire du tout." Ces propos, vous les avez lus et entendus des dizaines de fois depuis le début du mois de janvier et la publication dans le magazine Marie-Claire d'une interview de Yann Moix. 

La tempête médiatique s'est atténuée depuis lors, mais l'avis tranché de l'écrivain n'a pas fini de faire parler, même dans sa propre émission. Appelée à évoquer le sujet, Marlène Schiappa a livré un plaidoyer de plus de deux minutes en faveur de l'ancien chroniqueur d'ONPC. 

"Il répond à une interview et notamment à une question où on lui demande s'il est capable d'aimer une femme de plus de 50 ans. Il rétorque "pas forcément"car ce n'est "pas ce qui [l']attire". Et le propos devient 'les femmes de moins de 50 ans sont indésirables, il faut frapper sur Yann Moix'", regrette la secrétaire d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes. 

"Depuis quand doit-on rendre des comptes?"
"On me demande ce que j'ai à dire à Yann Moix. Mais je n'ai rien à lui dire. Depuis quand doit-on rendre des comptes sur les gens qui nous attirent ou pas sexuellement, sur les gens dont on tombe ou pas amoureux? Je sais que je vais me faire lyncher sur les réseaux sociaux pour avoir dit ça (...) Yann Moix a le droit d'être attiré sexuellement par qui il veut."

"Les réseaux sociaux ont tendance à réduire les propos, à prendre trois mots d'une interview et à taper sur la personne. Je ne suis pas d'accord avec cela", conclut Marlène Schiappa dans un extrait de l'émission diffusée en intégralité ce mercredi soir sur Paris Première.