Plein écran

Mélenchon: "Chabot et Ferrari sont des perruches médiatiques" (vidéo)

Plein écran
"Laurence Ferrari est payée pour lire un prompteur".
Plein écran
"Arlette Chabot grimace et soupire tout le temps. Son émission est bordélique".

L'aversion de Jean-Luc Mélenchon envers les médias n'est un secret pour personne. Même s'il s'en sert pour tirer sur tout ce qui bouge (et faire passer sa propagande), le président-fondateur du Parti de Gauche s'est à nouveau illustré dans l'émission Paris Dernière, qui sera diffusée ce samedi à 23h30 sur la chaîne Paris Première.

Pour voir la vidéo, cliquez ici.

En exclu, Jean-Marc Morandini dévoile l'info et le passage vidéo à consulter en cliquant ici, dans lequel Mélenchon, interrogé par Philippe Besson, s'en prend violemment à Arlette Chabot et Laurence Ferrari.
"Je vois des perruches médiatiques dire de moi: 'Il n'a pas d'idées'. Sur une grande chaine de télévision, il y avait 3 présentatrices de temps de cerveau disponibles. L'une (Arlette Chabot) se plaignait que ma dédicace (en parlant de son livre intitulé Qu'ils s'en aillent tous) l'avait offensée. Elle m'a traité avec vulgarité, en m'enfermant dans un studio (...) Elle se comporte comme des vaches sacrées. Et ben, je ne l'admire pas ! Ce qu'elle fait est nulle ! Ses émissions sont bordéliques et elle fait le singe pendant toute l'émission en grimaçant et en poussant des soupires. (...)


Avant d'enchaîner sur Ferrari. "Quand je dis de quelqu'un que c'est une perruche, on crie à l'insulte. Mais quand un journaliste me traite de poisseux (...) ou dit que je n'ai ni idée, ni programme, on trouve ça élégant. Il y a une différence de classe entre nous (les médias), comme entre moi et la dame (Laurence Ferrari) qui m'insulte et qui gagne 1.000.000 euros par an pour lire un prompteur. Si Ferrari me déteste c'est que elle sait que je lui prendrai 760.000 euros sur son million si j'arrive au pouvoir."

Philippe Besson l'interroge notamment sur la violence de son langage, il poursuit: "Ecoutez, j'ai choisi de faire comme ça et si ça ne vous plait pas, vous pouvez aller vous faire voir ! Je ne me mettrai pas à genoux. Votre système (médiatique) est détesté par une majorité de français. Après Pujadas (et bien d'autres moins connus, ndlr), ce sont Chabot et Ferrari qui sont dans le collimateur de Mélenchon. Qui sera le prochain? (7sur7)