Plein écran
© afp

"Nous n'avons rien coupé au montage": la mauvaise foi de France 2

Accusée d'avoir coupé au montage la participation de Charlélie Couture dans une émission consacrée aux Francos, la chaîne fournit des "explications alambiquées" sur le site de Télérama.

C'est sur son site officiel que Charlélie Couture a fait part de son immense déception ce week-end. Alors qu'il a participé au tournage de l'émission "Les Copains d'abord, 30 ans, 30 chansons" en juillet dernier, il a réalisé samedi soir que sa chanson avait été coupée au montage.

Le service communication de France 2 a réagi lundi via Télérama. "A l'origine, une cinquantaine d'artistes ont été conviés pour un concert de quatre heures en l'honneur de Foulquier et des 30 ans des Francos. Trente d'entre eux ont participé à la captation télé de deux heures et quart",  a expliqué un porte-parole.

C'est la faute aux maisons de disques
"Deux types de contrats ont été rédigés en amont, avant le tournage. C'est donc le staff des artistes qui aurait dû les prévenir de la nature de leur participation. S'il y a eu malentendu, il est le fait des maisons de disques. Nous n'avons rien coupé au montage."

Mensonge de France 2
Mais l'équipe de Télérama était présente lors du tournage à la Rochelle. "On sait donc que c'est faux." Comme en témoignent d'ailleurs de nombreux échanges de mails, Charlélie Couture a bien participé au plateau télé "Les Copains d'abord". Pourquoi le nier?

La captation était trop longue
Jean-Christophe Thiéfine, le responsable de la programmation et de la coordination artistique de la soirée, donne lui une autre version. "Oui, nous avons dû couper Charlélie Couture au montage, tout comme Les Innocents et Ben L'Oncle Soul, et c'est tout à fait regrettable. Mais quand nous sommes arrivés en phase de finalisation, il a fallu s'y résoudre car la captation était trop longue. Nous avons choisi de conserver surtout les artistes qui avaient fait le déplacement exclusivement pour cette soirée, et qui n'avaient pas d'autre concert aux Francos."

"Ce genre de mésaventure arrive, c'est désagréable pour tout le monde, et évidemment au premier chef pour les artistes. J'ai prévenu les invités, via les maisons de disques, vers le 22 août. L'info a peut-être mal circulé. J'aurais sans doute dû vérifier", regrette le directeur artistique.