Plein écran
L'aventure s'achève pour Patrice et Benjamin. © RTL-TVI

Patrice et Benjamin (Pékin Express): “Plus on galère, plus on rigole”

Interview exclusiveLe public a déjà à dû faire ses adieux à son duo préféré. Après deux émissions, l’aventure Pékin Express s’est achevée samedi soir pour Patrice et Benjamin. Avec leur habituelle bonne humeur, le père et le fils se sont confiés sur leurs impressions après leur participation à l’émission dans une interview exclusive pour 7sur7.

Qu’est-ce que vous a donné envie de participer à Pékin Express?

Benjamin: On a toujours été un peu baroudeurs. On a fait quelques raids en 2CV ensemble. On y était en tant qu’équipe médicale, parce que mon père est médecin, et moi j’étais le copilote. On était habitué des bivouacs, mais on connaissait plus la partie organisation de ce genre d’événements.
Patrice: On avait vraiment envie de faire une compétition, cette fois en tant que concurrents, mais en restant dans cet esprit de débrouille: pas d’argent, le besoin trouver un moyen de déplacement, le gîte et le couvert. Le côté course et voyage dans la débrouille nous intéressait beaucoup.

C'était donc une évidence de le faire ensemble?

Benjamin: On voulait faire ça en famille parce qu’on a un très bon lien familial, on s’entend tous très bien. Mon père a réussi à se rendre disponible et moi aussi donc oui, ça a été une évidence en quelque sorte. 

Est-ce que votre expérience dans ces raids vous a aidé dans votre aventure Pékin Express?

Patrice: On savait que notre équipe fonctionnait déjà bien dans les raids. On avait déjà une habitude de fonctionnement dans les galères, et c’est vrai que ça apporte un plus dans ce genre d’aventure et de jeu.

Comment vous avez réagi lorsque vous avez appris que vous alliez poursuivre l’aventure en tant qu'équipe cachée, à l’issue du premier épisode?

Benjamin: Comme vous l’avez vu, on était sur le cul! Lors de notre élimination, on nous a amenés à l’hôtel de la production, et à ce moment-là, j’ai regardé mon père et je lui ai dit: “Mais enfin papa, qu’est-ce qu'on va faire maitenant? On a pris un mois d’arrêt de travail et c’est déjà fini”. Alors on s’est dit qu'on allait essayer d’en profiter pour voyager un peu, partir en vacances. Et là, Stéphane Rotenberg est arrivé pour nous annoncer la nouvelle. On s’est dit que c'était une chance inouïe, et qu’il ne fallait pas la louper.

L’épreuve en tant qu’équipe cachée a dû être particulièrement stressante...

Patrice: Quand on a appris qu'on était le binôme caché, on était très contents, mais c’est vrai que ça a aussi apporté un stress supplémentaire. Non seulement il faut faire la course, il faut finir dans les trois premiers pour continuer et en plus il ne faut pas être touché pas une autre équipe. On n’était pas éliminés si on était vus. Par contre, s’ils nous touchaient et nous prenait notre balise, c'était l'élimination direct!
Benjamin: Mais on était toujours prêts à courir! On a une détente formidable, on nous appelle les Usain Bolt de Pékin Express.

Citation

On est les premiers éliminés. Mais il faut le souligner: on est quand même les premiers quelque part, et ça c’est déjà pas mal!

Benjamin

Vous n’étiez pas trop déçus à l’issue de l’épreuve? Comment avez-vous vécu votre deuxième élimination, définitive cette fois?

Benjamin: Forcément on était très déçus. On pensait aller plus loin dans l’aventure. 
Patrice: Au début on était contents parce qu’on ne s’était pas fait prendre. Mais ça a été la grosse déception quand on a découvert qu’on n’était pas dans les trois premiers du classement. Mais c’est comme ça, ce sont les aléas de la course et il faut les accepter.
Benjamin: En s’inscrivant à Pékin Express on savait évidemment qu’on risquait l’élimination à chaque épreuve. Malheureusement on est les premiers éliminés. Mais il faut le souligner: on est quand même les premiers quelque part, et ça c’est déjà pas mal!

Du coup, comment avez-vous profité du reste de vos congés?

Patrice: Finalement on est rentrés en France et on en a profité pour aller voir de la famille à droite, à gauche. On s’est reposés en se baladant.
Benjamin: ... et en revivant nos exploits de Pékin Express.

Quel binôme vous faisait le plus peur durant l’aventure?

Benjamin: Je ne dirais pas qu’ils nous faisaient peur, mais Fabrice et Briac sont très compétiteurs. Tout comme Mounir et Lydia, qui sont clairement là pour la gagne. 

Qu’est-ce que vous retenez de cette aventure?

Patrice: Même si on a été éliminés à la deuxième épreuve, on en tire que du positif. Ça a encore renforcé nos liens. C’est une aventure spéciale, faites de fous rires et de bons souvenirs, tant au niveau du voyage que des rencontres. C’est sûr qu'on aurait aimé aller plus loin, mais on garde que le meilleur.

Citation

On est très émus par les réactions du public. C’est touchant parce que c’est une vague de sympathie simple et sincère.

Patrice

Le public a particulièrement apprécié votre binôme. Qu’est-ce que ça vous fait d’être devenus leurs chouchous?

Benjamin: On était très étonnés mais surtout très, très émus. Quand le premier épisode a été diffusé, je regardais un peu les réactions sur Twitter et quand j’ai vu cette vague, que dis-je, ce tsunami de soutien qui arrivait vers nous, j’ai trouvé ça fou! Ça nous a beaucoup ému et ça nous a fait du bien.
Patrice: C’est touchant parce que c’est une vague de sympathie simple et sincère. On a été super contents et touchés à la fois.
Benjamin: Il n’y a pas un jour qui passe sans qu'on reçoive des dizaines de messages de soutien. 

Je pense que vous avez amené quelque chose de différent à l’émission. C’était agréable de voir un binôme uni, qui ne se prend pas la tête, même en cas de galère.

Benjamin: C’est vrai, je pense que les gens ont vu qu’on était sincères et qu'on rigolait tout le temps, même quand on était frappés par la scoumoune du paddle.
Patrice: On est vraiment comme ça dans la vie. Je pense qu'il y a eu un ressenti positif parce que les téléspectateurs se sont rendus compte qu'on fonctionne vraiment comme ça. Plus on galère, plus on rigole. Vous nous verrez toujours rire et nous soutenir plutôt que nous engueuler. Et on ne se laisse pas dépasser en faisant la course pour autant. 
Benjamin: C’est vrai qu'il faut quand même le rappeler: dans l’épisode 1, on n’était pas derniers, on était cinquièmes! On était quand même dans la course... Oui on rigole, mais on le souligne aussi, on n’était pas tout le temps les derniers. C’est encore une fois la scoumoune qui s’en est mêlée.

Plein écran
Patrice, Benjamin et leur fou rire mémorable en paddle. © RTL TVI