Plein écran

Premier scandale pour Jean, le gagnant de Top Chef

Le 10 avril dernier, Jean Imbert décrochait avec émotion le titre de Top Chef 2012. Une immense victoire pour le candidat, qui possède déjà L'Acajou, son propre resto à Paris. Mais un article paru dans Le Figaro est rapidement venu entacher le bonheur de Jean, qui a tenu à remettre les pendules à l'heure.

Des journalistes du Figaro, curieux de déguster la cuisine made in Jean et soucieux de recueillir les premières impressions du candidat après sa victoire, se sont attablés dans son restaurant. Dans l'article relatant la soirée, un détail a fait bondir le gagnant de Top Chef. L'auteur affirmait en effet que le cuisinier avait déjà augmenté ses tarifs de dix euros.

Pour Jean, cette critique fut difficile à avaler. Il a d'ailleurs tenu à expliquer à tous que si son menu était passé de trente à quarante euros, c'est parce qu'on ne trouve plus la même chose dans l'assiette.

 "Pour moi, ça n'est pas une augmentation, c'est un changement. C'est-à-dire que l'on ne propose pas du tout la même chose. Ce qui m'embêtait, c'est qu'à la base j'avais un menu fait pour les employés de bureaux du quartier, et je n'avais pas envie que les gens qui viennent se disent 'ah c'est ça Jean de Top Chef'. Maintenant, je travaille avec de grands producteurs parce que je sais que depuis Top Chef, j'ai une image à tenir vis-à-vis des clients. Concrètement cette semaine, on avait au menu la côte de veau de la finale de Top Chef, on a fait aussi le dessert de la finale, et en entrée, je fais le jardin de légumes comme j'avais fait dans l'émission... Pour moi, le mot augmentation n'a pas de sens, c'est juste un changement", a déclaré l'homme à Télé Loisirs.

Jean ne cherche donc pas à arnaquer ses clients sous prétexte qu'il a été élu Top Chef 2012. Le cuistot souhaite faire profiter de sa cuisine, et est bien obligé d'augmenter ses prix s'il souhaite faire plaisir tout en gagnant sa vie.

"Si je voulais surfer sur le succès, je ne serais pas à 40 euros pour une entrée-plat-dessert sur Paris. Ma seule envie, c'est que les clients soient heureux, je n'ai pas envie de voler qui que ce soit. Je ne gagne pas plus d'argent sur ce menu", a-t-il conclu.