Plein écran
© photo_news

RTL Belgium retrouve des couleurs grâce à son plan de transformation

UpdateRTL Belgium a doublé ses bénéfices en 2018, l'EBITDA passant de 21 millions en 2017 à 41 millions en 2018, malgré des recettes publicitaires en baisse, d'après les résultats annuels publiés mercredi soir. Cet effet rebond est notamment la conséquence du plan de transformation #evolve qui a mené au départ de 86 collaborateurs.

Le chiffre d'affaires s'est effrité, atteignant 186 millions d'euros contre 191 millions d'euros en 2017.

Les programmes les plus suivis
RTL Belgium estime cependant avoir tiré son épingle du jeu l'année dernière, alors que la Coupe du monde de football aspirait de nombreux téléspectateurs sur la RTBF. Sachant aussi que la chaîne française TF1 capte désormais une part des revenus publicitaires.

Les programmes à succès en 2018 étaient les suivants: le JT de 19h, Face au juge, Bienvenue chez les Ch'tis, Donovan le Magicien ou encore Appel d'Urgence.

Quelles priorités pour 2019?
Plus globalement, RTL Group, le premier groupe audiovisuel européen, a annoncé un bénéfice net en baisse de 9,6% en 2018 et mise pour l'année en cours sur une croissance modérée de ses activités. Le bénéfice net a atteint l'an passé 668 millions d'euros, contre 739 millions d'euros en 2017. Le chiffre d'affaires a quant à lui progressé de 2,1% en 2018, à 6,505 milliards d'euros, "atteignant une nouvelle fois un niveau record".

Pour 2019, "nous nous concentrerons sur deux priorités claires: établir des champions locaux du streaming et renforcer notre création de contenus", a averti le Néerlandais Bert Habets, PDG de RTL Group, dans un communiqué.

RTL Group veut sortir de la Bourse de Bruxelles

Le groupe de médias RTL veut quitter la Bourse de Bruxelles, rapportent jeudi plusieurs médias. Le volume des échanges n'est en effet pas assez élevé en Belgique. RTL Group conservera une cotation aux Bourses de Luxembourg et de Francfort.

La conseil d'administration va solliciter un 'delisting' auprès d'Euronext Bruxelles. La date précise de sortie n'est toutefois pas encore connue.

C'est une mauvaise nouvelle pour l'actionnaire belge, remarque De Tijd, car il sera confronté à des frais de transaction plus élevés à la Bourse de Francfort. 

Quant à la place bruxelloise, elle perd une nouvelle entreprise après les sorties l'an dernier de Dalenys, Ablynx, Sapec, Tigenix et Realdolmen.