Plein écran
Julie Graziani © LCI

“Si on est au smic, faut pas divorcer”: les excuses de Julie Graziani

Les propos choc de Julie Graziani avaient suscité un mouvement de colère sur les réseaux sociaux. La chroniqueuse de “24h Pujadas” sur LCI a réitéré ce matin ses excuses sur le plateau de Jean-Marc Morandini

Julie Graziani avait, dans un premier temps, assumé maladroitement ses propos et enfoncé le clou l’espace d’un tweet cinglant (voir ci-dessous) avant de partager une “mise au point” plus nuancée sur le site de L’Incorrect. Elle y présentait une première fois ses excuses aux personnes concernées: “Mon propos n’était pas de dire qu’une mère de famille en situation de précarité n’avait pas à divorcer”, confiait-elle sans pour autant renier le fond de son discours libéral radical sur la “responsabilité” de chacun. 

Des excuses et la peur de représailles

Entre-temps licenciée de la rédaction du magazine conservateur ce jeudi, Julie Graziani était l’invitée de Jean-Marc Morandini ce matin et s’est exprimée pour la première fois à la télévision sur la polémique: “Je m’excuse vraiment. Mes propos étaient excessifs, pas intelligents (...) C’était vraiment une bêtise (...) L’idée de fond n’était pas idiote, mais il ne fallait pas la formuler comme ça”, précise-t-elle. Elle dénonce malgré tout le lynchage dont elle a été victime. “Ça a été atroce. Les gens ont fait des appels au meurtre, au viol, ils ont dit qu’ils allaient brûler ma maison, ils ont menacé mes enfants. Par moments, j’ai eu peur qu’ils trouvent mon adresse et viennent chez moi. J’ai encore peur”, ajoute-t-elle.

Quant à son licenciement de L’Incorrect, elle le vit comme un “soulagement” et souligne qu’elle n’était pas une “salariée” du magazine. 

L’article à découvrir ici