Plein écran
L'aventure s'est achevée aux portes de la finale pour Thomas et Mathieu. © RTL-TVI

Thomas et Mathieu: “Pékin Express n’est pas une aventure de tout repos”

interviewL’aventure Pékin Express s’est arrêtée aux portes de la finale pour Thomas et Mathieu. Les deux frères, qui étaient pourtant arrivés premiers à la demi-finale, ont en effet été éliminés à cause d’une enveloppe noire tirée au cours de l’épreuve. Bons souvenirs, difficultés, amitié: ils sont revenus sur leur parcours dans une interview pour 7sur7.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de participer à Pékin Express?

Mathieu: Thomas était un grand fan de l’émission, il a vu toutes les saisons. Tous les jeudis soirs [jour de la diffusion en France, NDLR], on prend l’apéro ensemble. Un jour, alors qu’on regardait un épisode, mon frère m’a dit “Pourquoi on ne se lancerait pas?” On est très compétiteurs, et c’est un jeu qui mêle le sportif à un peu de stratégie. Et puis c’est une grande aventure à vivre entre frères. Alors on a décidé d’envoyer nos candidatures, nos compagnes ont pris nos photos, et on s’est lancés là-dedans pour vivre une aventure humaine ensemble.

Quel est votre plus beau souvenir de l’aventure?

Mathieu: Pour moi, c’est toutes nos victoires. Il y a eu celle de l'épisode 3, la victoire en pirogue, qui a été très dure physiquement. C’était le début de l’aventure, on n’était pas très bien en place, et le fait de décrocher une telle victoire, ça nous a fait beaucoup de bien. C’est un très bon souvenir. 
Thomas: C’est une aventure magnifique. Comme le disait Mathieu, les victoires sont toujours les moments qui nous marquent le plus. Pour moi, c'était le duel final que j’ai gagné contre Briac. J’en avais déjà perdu un contre Lydia, et cette fois je savais qu’il n’y avait plus d’enveloppe noire, une défaite était synonyme de retour en France, donc j’ai tout donné. Mon meilleur souvenir c’est quand j’ai vu le visage de mon frère changer quand je suis arrivé sur la place où il m’attendait. C’est là que je me suis aperçu qu’on vivait une aventure vraiment très forte, que j’avais fait une belle performance et que je l’avais rendu heureux.

Au contraire, qu’est-ce qui a été le plus difficile? 

Mathieu: Le plus difficile c’est la première journée, l’échec total en paddle. On avait préparé l’aventure, on s’était préparé physiquement, et là on n’a pas réussi à aller plus loin et c’était vraiment frustrant. On avait peur d’être éliminés parce qu'on n’avait pas réussi à terminer la première épreuve.
Thomas: Il y a eu plein de choses difficiles: quand j’ai perdu mon duel final, quand on a sombré sur le kayak, sur le paddle, les recherches de logement, etc. Pékin Express, c’est vraiment pas facile. Ce n’est pas une aventure de tout repos. 

Dans les épisodes, on sentait que vous perdiez parfois les pédales, ou que vous étiez à bout de nerf. Comment vous faisiez pour rester motivés malgré les coups durs?

Thomas: C’est vrai que je m’énervais parfois, je balançais mon sac, etc. Mais dans ces moments-là, je me disais simplement qu’il fallait que je le fasse pour ma faille. Ensuite, je pensais au fait qu’il y a eu plus de 44.000 candidatures. 44.000 équipes et on faisait partie des sélectionnés... C’était donc inconcevable d’abandonner. Il y a tellement de gens qui auraient voulu être à notre  place, c’est incroyable. C’est vrai qu’il y a eu des hauts et des bas, mais Stéphane Rotenberg m’a toujours dit: “Dans Pékin Express, rien n’est jamais joué d’avance” donc j’ai toujours gardé ça en tête. 

Il y avait aussi la barrière de la langue. Au fil des épisodes, on vous entend parler de mieux en mieux espagnol. Comment vous avez géré les débuts un peu chaotiques?

Mathieu: Que ce soit Thomas ou moi, aucun de nous deux ne parle espagnol, on a fait anglais et allemand à l’école, donc ça a été très compliqué dès le début. On voyait les autres binômes qui maitrisaient l’espagnol, donc c’était d’autant plus frustrant. On s’est dit qu’on ne pouvait compter que sur nous-mêmes pour s’en sortir donc tous les jours on essayait d’apprendre quelques mots pour pouvoir se débrouiller et rattraper notre retard niveau langage sur les autres binômes. 

Dans l’épisode d’hier soir, vous êtes arrivés premiers aux demi-finales avant de vous faire éliminer à cause de l’enveloppe tirée pendant l’étape. Comment avez-vous vécu cette élimination purement due au hasard?

Mathieu: C’était vraiment le fruit du hasard... On avait une chance sur trois de se faire éliminer, on venait juste de remporter l’épreuve et puis on s’est fait éliminer. On est vraiment tombé de haut. On a trouvé ça un peu injuste, mais c’est comme ça, c’est le jeu.

Est-ce que l’aventure a changé votre relation?

Mathieu: On se connaissait déjà très bien, mais cette aventure a encore plus ressoudé nos liens. On a partagé quelque chose de fort qui restera à jamais et depuis on passe encore plus de temps ensemble qu’avant. 

Quel est le binôme que vous redoutiez le plus?

Thomas: Fabrice et Briac étaient bien partis. Je les redoutais car Briac maitrise parfaitement l’espagnol, et que Fabrice parvenait à le canaliser tout en étant très sportif. Ils étaient très fort. Je me méfiais aussi des sœurs car je sais qu’elles ont un pouvoir de persuasion absolument fantastique envers les automobilistes. Elles arrivent à monter dans n’importe quelle voiture, contrairement à nous, donc je savais qu’elles étaient très fortes.

Citation

Les sœurs sont devenues des amies pour nous. On s’entend à merveille avec elles

Thomas

C’est pour ça que vous avez passé un accord avec les sœurs pour qu’elles vous trouvent des voitures lorsque vous aviez le drapeau rouge dans l’épisode 8?

Thomas: On avait fait une espèce de pacte en leur demandant de nous donner un petit coup de pouce. Après, il y a eu des faits de jeu qui ont fait qu’elles sont quand même passées devant nous. Mais je ne leur en veux vraiment pas. Elles n’ont jamais démérité, on a fait une petite erreur de parcours, et voilà, c’est comme ça.

Vous êtes donc toujours en contact avec elles?

Thomas: On s’entendait déjà très bien avec elles pendant l’aventure, et aujourd'hui elles sont devenues des amies pour nous. Les sœurs sont des personnes très bien. Il ne faut pas se fier aux apparences. On s’entend à merveille avec elles. 
Mathieu: On s’appelle deux à trois fois par semaine, je les ai invitées à mon mariage, on partage vraiment beaucoup de choses. On a beaucoup de choses en commun et on envisage de partir un jour en vacances ensemble. Pékin Express a créé une belle amitié entre nous.