Caroline Flack
Plein écran
Caroline Flack © AFP

Une présentatrice vedette se suicide: son “procès-spectacle” pointé du doigt

Les agents de l'animatrice de télévision britannique Caroline Flack ont accusé le Parquet d'avoir voulu monter un "procès-spectacle" contre une personnalité "vulnérable", après le suicide samedi de la star de télé-réalité qui devait être jugée pour avoir frappé son petit ami.

Après l'annonce du décès samedi, un avocat de la famille a confirmé que Caroline Flack s'était suicidée.
Connue pour avoir présenté le programme de télé-réalité "Love Island", Caroline Flack, âgée de 40 ans, devait être jugée en mars. Arrêtée en décembre, elle était accusée d'avoir frappé son petit ami avec une lampe pendant qu'il dormait, dans leur appartement au nord de Londres, avait annoncé le Parquet en janvier. 

Caroline Flack
Plein écran
Caroline Flack © AP

Le compagnon de Caroline Flack était revenu sur ses accusations dans un message sur Instagram, affirmant finalement "qu'elle ne l'avait pas frappé avec une lampe". Dimanche, il a publié sur le même réseau social un hommage à sa compagne disparue, se disant "le coeur brisé". "Je suis tellement perdu que je n'ai plus les mots, je souffre tellement, tu me manques tellement', a écrit Lewis Burton. "Je serai ta voix, je te promets de poser toutes les questions que tu voulais (poser) et j'obtiendrai les réponses", a-t-il ajouté. "Rien ne te ramènera mais j'essayerai de te rendre fière chaque jour". 

Caroline Flack
Plein écran
Caroline Flack © Photo News

Le Parquet "devrait réfléchir sur la manière dont ils ont monté un procès-spectacle qui était non seulement sans fondement mais aussi d'aucun intérêt public. Et finalement cela a provoqué une importante détresse chez Caroline", ont pour leur part jugé les agents de la présentatrice dans un communiqué. "Ces derniers mois, Caroline a été soumise à d'énormes pressions à cause de cette affaire et d'un éventuel procès qui a été souvent reporté", a déclaré Francis Ridley, de Money Talent Management.

L'avenir du programme "Love Island", diffusé sur la chaîne ITV, est remis en question après une série de drames. Caroline Flack est la troisième personnalité liée à ce programme à se donner la mort, après Mike Thalassitis et Sophie Graydon, deux participants à l'émission.

La presse à scandale avait déjà largement fait écho à cette affaire, étalant Caroline Flack en première page après son arrestation. Son suicide a de nouveau fait dimanche matin la une des tabloïds britanniques. Une pétition en ligne ayant récolté plus de 150.000 signatures dimanche demande une enquête au sein des médias à la suite de sa mort et aussi du "mauvais traitement" infligé au couple princier Harry et Meghan, qui avait lancé à l'automne dernier des poursuites judiciaires contre plusieurs tabloïds pour atteinte à leur vie privée. 

Les réseaux sociaux sont aussi mis en cause dans le suicide de la présentatrice, qui avait subi à plusieurs reprises des attaques sur internet depuis son arrestation. Pour le présentateur David Bull, il ne fait "aucun doute que les réseaux sociaux ont joué un rôle important" dans cette affaire. "J'aimerais que les gens réfléchissent plus sérieusement à ce qu'ils tweetent", a-t-il ajouté sur Twitter.

  1. Cyril Hanouna dévoile “une carte du déconfinement” complètement fausse à l’antenne

    Cyril Hanouna dévoile “une carte du déconfine­ment” complète­ment fausse à l’antenne

    Cyril Hanouna a dévoilé hier soir comment la France allait sortir du déconfinement. Selon lui, le pays pourrait se remettre à vivre région par région, à des dates différentes. En dévoilant la carte, l’animateur de C8 a admis qu’il ne savait pas si l’information reçue “par SMS” était vraie ou non. Mais qu’importe la vérification des sources tant qu’on fait le buzz... “C’est une info qui tourne donc je vous la donne”, a-t-il dit avant d’expliquer que le déconfinement se ferait en trois phases: une région de France serait libérée le 4 mai, une autre le 11 mai et la troisième le 18 mai. Le problème? “Tout est faux!”, selon la direction générale de la Santé qui a réagi dans Libération.