Capture d'écran (YouTube)
Plein écran
Capture d'écran (YouTube) © France 2

Vexer Léa Salamé: le mode d'emploi par Luchini

VideoBon coup d'audience hier soir pour l'émission On n'est pas couché de Laurent Ruquier qui est reparti avec plus de 25% de parts de marché (1.810.000 téléspectateurs). En plus d'invités en grande forme, les coups de bec de Léa Salamé et Aymeric Caron, d'entrée de jeu, ont peut-être incité le public à veiller tard...

Dès le flop ten de Laurent Ruquier, l'émission était prometteuse hier soir sur France 2. Arrivées premières du classement des "flops" de la semaine, les chaînes d'information françaises ont été vertement critiquées par l'animateur pour leur traitement du crash de l'Airbus de Germanwings. Celui-ci estime en effet qu'aucun recul n'a été pris et que la course à l'info a totalement décrédibilisé iTélé, BFM et consorts, d'autant que les experts aéronautiques en plateau n'ont évoqué que les mauvaises pistes.

"On donne aux gens ce qu'ils veulent"
D'entrée, Aymeric Caron et Léa Salamé se sont écorchés sur la question. Le journaliste écologiste, qui clamait il y a peu qu'il reprendrait bien "la direction d'une chaîne d'info" pour créer un nouveau "moule", "plus en profondeur", a immédiatement décrié les propos de Léa Salamé qui s'empressait pour sa part de défendre ses collègues: "C''est facile de taper sur les chaînes info! On donne aux gens ce qu'ils veulent". Indigné par cette vision simpliste du journalisme, Caron l'a remise à sa place et les réglements de comptes ont fusé. "Avec toi, on ne peut avoir que le même avis que toi", entre autres. Ambiance.

"Écoutez, vous n'étiez même pas née"
Heureusement Bernard Mabille est venu détendre l'atmosphère dans le fauteuil pour défendre son livre, "Sur mesure". Puis, alors qu'elle vient de lire un passage d'un de ses billets (de 1974) dépeignant le manque de talent de Véronique Sanson, Léa Salamé lui lance un dédaigneux: "Vous vous êtes raté là". Mabille rétorque aussitôt: "Écoutez, vous n'étiez même pas née quand j'ai écrit ce billet..." De quoi estomaquer la critique, sous les gloussements de l'assistance. Et Agnès Soral d'ajouter: "Cela vous arrive aussi en tant que critique (de vous rater, ndlr)..."

Abondance d'amants
Ensuite, après avoir flatté Fabrice Luchini en expliquant n'avoir manqué que peu de ses représentations au théâtre, où elle a forcé chacun de ses ex-petits amis à "se taper Luchini", la chroniqueuse a rapidement fait les frais de son empressement. L'acteur déjanté a aussitôt rebondi sur ses propos, la poussant à détailler le genre d'hommes dont il s'agissait, et à avouer qu'ils avaient été nombreux. "C'est vrai... Vous êtes plutôt dans l'abondance. Je veux dire que vous avez eu beaucoup de mecs", l'a taquinée Luchini. "Arrêtez, vous l'excitez", s'amuse Ruquier tandis que Salamé se défend de vouloir l'émoustiller.

Des origines dont on ne parle pas svp
Puis, il ajoute, visiblement bien informé sur son interlocutrice: "Parce que moi, je vois cette vie de Libanaise...", entame l'acteur. Là, la journaliste pétrifiée l'interrompt avec fermeté: "Ah non! Ne me réduisez pas!", tance-t-elle suscitant un court silence gêné dans l'assistance. "... car pour moi c'est au Liban, au Québec et en Belgique que j'ai vu l'amour absolu de la langue française", poursuit pourtant Luchini tout autrement que ce qu'elle imaginait. Et l'acteur de détendre l'atmosphère aussitôt: "Moi je ne vous réduis pas, je suis fan, surtout si vous êtes venue me voir cinq fois au théâtre". Avant de repartir aussitôt dans des allusions de nature plus sexuelle, un domaine dans lequel il excelle aussi et qui a fait relâcher la tension en plateau.

La remarque cassante de Léa Salamé n'est par contre pas passée inaperçue et a même choqué certains téléspectateurs. Luchini a pour sa part continué sur sa lancée, en proposant même l'épilation à la journaliste, dans une tirade interminable dont il a le secret. Avec lui, on est passé encore plus vite de 2 à 3 heures du matin cette nuit.