Plein écran
© thinkstock

Vingt Web TV reconnues en Belgique francophone

Vingt Web TV sont aujourd'hui reconnues par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel en Fédération Wallonie-Bruxelles, indique mercredi un bilan dressé par le CSA.

Les Web TV couvrent un large registre de thématiques. A côté des chaînes généralistes (EKTV et V-RO TV), d'autres sont axées sur la diversité (Bel'Afrika et Almouwatin TV) ou privilégient l'aspect "micro-local" (Waterloo TV, Braine.tv et Comblain TV) ou l'humour (Zone Geek et Les gars de Jette).

Universités et culture
ULG TV et UMons TV sont des outils de communication du monde académique, Air TV Music et TV Wallonie produisent des contenus de développement culturel, PFWB TV et AWEX TV se font le relais de messages institutionnels. Enfin, RTA est active dans le domaine de l'éducation permanente.

Secteur en plein "boom"
Il s'agit d'un secteur en pleine effervescence, selon le CSA qui précise qu'en 2016, les 13 éditeurs contrôlés ont produit ensemble 350 heures de programmes inédits. Le constat le plus marquant sur le plan du déploiement numérique des WebTV est celui d'une migration progressive de plusieurs chaînes vers les plateformes de partage de vidéos (principalement YouTube) et/ou vers des pages audiovisuelles sur les réseaux sociaux (principalement Facebook), note encore le CSA.

Indépendance
La plupart des WebTV fonctionnent grâce à l'implication de bénévoles, certaines perçoivent des subsides ponctuels mais la plupart considèrent que les systèmes d'aides publics sont inadaptés à leurs réalités.

  1. “Terrace House”: la télé-réalité “authentique” est en fait aussi manipulatrice que les autres

    “Terrace House”: la télé-réa­lité “authenti­que” est en fait aussi manipula­tri­ce que les autres

    On vous le disait ici: l’émission de télé-réalité japonaise “Terrace House” vient d’être arrêtée à la suite du suicide d’une participante. Dans “Terrace House”, six personnes, trois jeunes hommes, autant de jeunes femmes, emménagent ensemble dans une maison luxueuse. Il n’y a ni jeux ni défis ni scénario: ils vivent “normalement” sous l'œil des caméras. La presse internationale avait souligné, au moment de son lancement sur Netflix en 2015, que “Terrace House” était une télé-réalité où il ne se passait rien.