Plein écran
L’émission “Face à l’Info” sur CNews a organisé lundi un débat tendu entre Marlène Schiappa et Eric Zemmour © Capture d'écran CNews

Zemmour face à Schiappa: “La France, ce n’est pas McDonald’s, on ne vient pas comme on est”

Un débat animé a eu lieu sur CNews entre Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, et le polémiste Eric Zemmour.

Deux visions différentes de l’intégration des étrangers en France. L’émission “Face à l’Info” sur CNews a organisé lundi un débat tendu entre Marlène Schiappa et Eric Zemmour. Tandis que la première défendait notamment le bilan du gouvernement contre la discrimination, le second ne se gênait pas pour prononcer de nouvelles phrases polémiques.

“Name and shame”

“Ce n’est pas McDonald’s, la République. On ne vient pas comme on est, on s’assimile à une culture dominante”, a-t-il notamment déclaré concernant l’assimilation culturelle des étrangers en France. Le polémiste a vanté une loi établie sous Napoléon Bonaparte et abolie en 1993, selon laquelle étaient acceptés uniquement “les noms en usage dans les différents calendriers et ceux des personnages connus de l’Histoire ancienne”.

Pour rappel, le gouvernement français a récemment décidé de publier une liste d’entreprises coupables de discriminer les candidats en fonction de leur prénom et de leur origine. Cette pratique, appelée “name and shame”, est une “épée de Damoclès quotidienne sur beaucoup de citoyens qui sont exclus, qui n’ont pas l’opportunité de prouver leur mérite ou leurs compétences”, selon Marlène Schiappa, qui estime que “la culture française s’est enrichie des vagues d’immigration”.

“Appeler son enfant Mohammed, c’est de l’auto-discrimination”

La secrétaire d’État a effectivement souligné qu’une personne au prénom à consonance étrangère “a 20 à 25% de probabilités en moins d’être embauchée”. Zemmour a alors répondu qu’“appeler son enfant Mohammed, mettre le voile sur la tête d’une femme, c’est de l’auto-discrimination”, ajoutant que “leurs parents auraient dû l’appeler François”. L’éditorialiste a qualifié les volontés anti-discriminatoires de “processus sans fin” qui construit un monde de “victimes à vie”.

En fin de débat, Marlène Schiappa a évoqué la théorie du grand remplacement. Selon elle, elle n’a que pour but de créer de la haine les uns envers les autres. La femme politique a développé son propos en reprenant une statistique: seuls 10% des enfants naissent en France de couples immigrés, ce qui indique qu’“il n’y aura pas un peuple remplacé par un autre”. Zemmour a alors invité son interlocutrice à “aller voir dans certaines régions de France si le grand remplacement n’existe pas”.