Plein écran
© Photo News

“Alerte à Malibu” a 30 ans: les secrets du maillot rouge iconique

Le premier épisode de la série “Alerte à Malibu” a été diffusé le 22 septembre 1989, il y a trente ans très exactement. Et personne n’a oublié le rouge flamboyant des maillots de bain portés par les sauveteurs. 

Plein écran
© Photo News

Trente ans plus tard, ce rouge vibrant a toujours un vrai succès en été. En guise de clin d’oeil à cet anniversaire, Pantone vient d’ailleurs d’ajouter à sa gamme le Rouge Baywatch.

Yahoo a contacté les anciennes gloires de la série pour évoquer ce bout de tissu iconique. “Je ne porterai plus jamais de maillot de bain rouge de ma vie”, a confié Nicole Eggert alias Summer Quinn à l’écran. “Je n’en pouvais plus. Même si j’adore cette couleur et que je pense qu’elle me va bien. Je ne peux plus.”

Plein écran
© Photo News

Alexandra Paul, alias le lieutenant Stephanie Holden, ne porte plus, non plus, de maillot rouge. Elle ne veut pas que les gens croient qu’elle fait “toujours semblant” de faire partie de la série. La nostalgie, très peu pour elle. “Ce maillot était super et c’était super de le porter dans les années 90. Mais en 2019, je le laisse aux autres.”

David Chokachi, qui jouait Cody Madison, a, lui, gardé sa veste de sauveteur et sa bouée de sauvetage. Il les ressort pour Halloween.

Plein écran
© Photo News

Karen Braverman Freeman, créatrice de costumes sur “Alerte à Malibu”, se rappelle: “C’était un look très sexy et ça l’est toujours”. Elle explique que chaque maillot a été adapté à la morphologie des filles “pour les rendre sexy et tendance”. Alexandra Paul, par exemple, avait un maillot aux bretelles fines et son décolleté était moins plongeant que chez les autres filles. “J’avais une silhouette différente des autres actrices. Je n’avais pas de gros seins et j’étais très athlétique, avec de larges épaules.” Au départ, on lui avait même dit qu’elle n’était “pas obligée” de porter un maillot.

Plein écran
© Photo News

Nicole Eggert se rappelle que le maillot ne cachait pas grand-chose. “Mais j’avais 19, 20 ans donc il n’y avait pas grand-chose que je devais cacher. J’étais si jeune, la génétique était de mon côté.” Chez les filles, pour que la poitrine ne bouge pas, la peau était collée au tissu.

Plein écran
© Photo News

Alexandra Paul se rappelle: “Il y a des jours où on se sentait grosses. Chaque automne, on nous rappelait que même s’il faisait froid, on devait porter un maillot. On tournait certaines saisons jusqu’en décembre et on ne pouvait pas porter de veste. Il fallait prétendre qu’il faisait toujours chaud et ensoleillé.”

Plein écran
© Photo News

Les garçons avaient aussi la pression. “J’ai vite compris que plus vous paraissiez en forme, plus ils allaient écrire d’épisodes pour vous, plus vous auriez de l’argent, plus votre personnage serait populaire”, se rappelle David Chokachi. Il a donc travaillé ses abdominaux sans relâche. “Et je m’épilais le torse aussi parce que mes poils ne poussaient pas correctement. On aurait dit un adolescent prépubère de 13 ans.”

Pour Alexandra Paul, “Alerte à Malibu” était une série féministe: “Il n’y avait pas beaucoup de séries à la télévision où les hommes et les femmes avaient le même job, où les femmes avaient autant d’interventions que les hommes et où elles passaient le test de Bechdel. On faisait exactement la même chose que les hommes.”

Plein écran
© Photo News
Plein écran
© Photo News