Plein écran
Jonathan Kubben © Instagram @momimfine

“C’est un métier sérieux”: les Oscars des influenceurs se tiennent ce week-end à Monaco

InterviewLes stars de cinéma ont le Festival de Cannes et les Oscars, les influenceurs ont désormais aussi leur cérémonie de récompenses attitrée. La deuxième édition des Influenceurs Awards se tiendra à Monaco ce week-end. À sa tête, la trentenaire belge Lolita Abraham, un peu plus de 20.000 followers sur Instagram à son actif. Son objectif? Que le monde reconnaisse l’importance et la force du métier d’influenceur. 

Pour être présélectionnés dans l’une des 14 catégories, les stars des réseaux sociaux doivent avoir un contenu de qualité, interagir avec leurs communautés, se différencier des autres. “Ce qui compte, c’est la personnalité de l’influenceur plus que son nombre de followers.”

“J’ai envie de montrer que c’est sérieux, tout ça”, nous explique-t-elle. “Un influenceur a beaucoup de travail: il y a une recherche de l’image qu’il va proposer, des tenues, de l’endroit où il va faire sa photo. Ce n’est pas donné à tout le monde. C’est important de crédibiliser leur métier. En tout, 100 influenceurs participent aux Influenceurs Awards cette année: on dépasse un milliard de vues cumulées. Même la Coupe du Monde n’a pas ça...” 

À ceux qui lèveraient les yeux au ciel, agacés par la superficialité du métier, Lolita rappelle que les influenceurs ont toujours existé. On les appelait simplement autrement. “Avant les réseaux sociaux, il y avait des gens comme Paris Hilton. Elle portait une casquette Von Dutch, tout le monde achetait une casquette Von Dutch. Quand une star annonçait qu’elle suivait un régime spécifique, ce régime devenait tendance. Il y a toujours eu des influenceurs mais là, ce sont des influenceurs des réseaux sociaux. Ce sont des monsieur et madame tout le monde qui ont pris leur caméra et qui sont devenus connus.”

Les Influenceurs Awards devraient faire des petits. “Je vends des licences à l’étranger”, annonce Lolita. Il y aura bientôt des événements du même acabit aux États-Unis, en Chine ou en Russie. Ce n’est que le début de cette nouvelle forme de communication et ceux que ça exaspère vont définitivement devoir s’y faire.

Qui sont les influenceurs en lice?

Qui sont ceux qui pourraient bien recevoir un prix aux Influenceurs Awards dimanche? Dans la catégorie “entertainement", on trouve notamment la jeune Française Ela Elui, plus de 10 millions de followers sur Instagram. Elle s’est fait connaître en faisant de la danse du ventre sur les réseaux sociaux. Dans la catégorie “fashion”, on trouve Baptiste Giabiconi, le petit protégé de feu Karl Lagerfeld. 

En beauté, la Belgique est représentée par Lufyyyy. Caroline Receveur pourrait être récompensée pour ses talents d’entrepreneur et son amoureux Hugo Philip concourt dans la catégorie “lifestyle”. On y trouve aussi Jodie Lapetitefrenchie et Enjoy Phoenix mais aussi les Belges Lima de Lima’s Wardrobe, Mimi Arr et Aurela Skandaj. 

Autre Belge en lice: Jonathan Kubben de @momimfine (photo en tête d'article). Il figure dans les catégories “philanthropie” et “voyage”. En plus d’avoir créé une fondation qui va construire une école sans plastique, il a rejoint une ONG qui calcule les tonnes de CO2 qu’il émet lors de ses trajets en avion. Il paie désormais l’équivalent de ce qu’il “coûte” en CO2 pour replanter des arbres. “Chaque kilomètre parcouru, je paierai pour le réparer.”

  1. Karlie Kloss: "Les défilés de lingerie ne sont plus de notre temps”

    Karlie Kloss: "Les défilés de lingerie ne sont plus de notre temps”

    La disparition du défilé de la célèbre marque de lingerie Victoria’s Secret n’a pas surpris Karlie Kloss. Le mannequin, qui a défilé à plusieurs reprises pour la marque, pense que cette décision est en adéquation avec la société d’aujourd'hui. Comme elle l’a expliqué sur le plateau du Today show jeudi, la star pense que les gens adhèrent davantage au mouvement “body positive”, qui nous invite à nous aimer tels que nous sommes.