Plein écran
Marc Veyrat fait partie des perdants du Guide Michelin 2019. © afp

Le grand chef Marc Veyrat admet avoir pensé au suicide

“Le Michelin ne pourra jamais réparer le mal terrible qu’il m’a fait”, déclare le grand chef.

Dans une interview accordée au Point, Marc Veyrat s’est confié sur la perte de sa troisième étoile au Michelin, pour son restaurant “La maison des bois”, en Haute-Savoie. Récompensé trois fois par trois étoiles, le grand chef de 69 ans a également obtenu deux fois le meilleur score au Gault & Millau. Avec ses cinquante ans de métier, il déplore aujourd’hui la nouvelle tournure que prend le guide Michelin, favorisant le sensationnel à l’exceptionnel. 

Citation

Le Michelin fait financer ses guides par des offices de tourisme étrangers. Où est l’indépendance?

Marc Veyrat

Aucune facture

Plein écran
Les chefs français, lors de la remise des prix de 2018, avec Marc Veyrat, vêtu de noir. © REUTERS

Marc Veyrat assimile la perte de son étoile à une volonté de “frapper fort”, en cassant un mythe. Certains lui chuchotent que c’est une vengeance suite à son refus de porter la veste du Michelin lorsqu’il a reçu sa troisième étoile, en 2018. Le grand chef crie à l’amateurisme, à l’incompétence et même au mensonge. Pour lui, les processus de sélection sont à revoir. Marc Veyrat en vient même à douter de la venue d’un inspecteur dans son restaurant. Aucune facture ne lui a été présentée. Un fait qui l’empêche d’autant plus de digérer la douleur de la perte d’une étoile. “On peut me la remettre, la douleur restera éternelle et indélébile”.

Une nouvelle “surréaliste”

Un dimanche soir, après des bons vœux reçus par SMS, Marc Veyrat a appris par téléphone que sa troisième étoile allait lui être retirée. Depuis cette annonce qu’il juge “humiliante”, “choquante” et “surréaliste”, l’homme au chapeau noir est en dépression. Sous traitement aujourd’hui, il confie avoir eu des idées noires et avoir même plusieurs fois “envisagé le pire”. 

Citation

Ma compagne a eu peur, elle a caché mes cachets, mes fusils de chasse… Si je suis encore là, c'est grâce à elle et au soutien de mes quatre enfants.

Marc Veyrat

Les professionnels et les habitués de son restaurant tentent comme ils peuvent de le rassurer. Son chiffre d’affaires est en hausse. Sa cuisine est “minérale, pastorale, biologique, singulière et surtout ancrée dans son terroir”. Elle n’aurait jamais été aussi forte. Pour se libérer, le chef envisage aujourd’hui de rendre toutes ses étoiles.