Plein écran
© Photo News

Andreescu bat Serena Williams et remporte son premier Grand Chelem

Us OpenLa jeunesse de la Canadienne Bianca Andreescu, 19 ans depuis le 16 juin, a eu raison de la volonté de l'Américaine Serena Williams en finale de l'US Open de tennis samedi sur le ciment de Flushing Meadows. Bianca Andreescu s'offre ainsi son premier titre dans un tournoi du Grand Chelem privant du même coup Serena Williams, 38 ans le 26 septembre, d'un 24e trophée majeur qui lui aurait permis d'égaler l'Australienne Margaret Court.

Huitième joueuse du monde, Serena Williams a été battue en finale samedi en deux sets 6-3, 7-5 en 1 heure 40 minutes de jeu face à cette jeune Canadienne, 15e mondiale, qui poursuit son année faste par un troisième titre sur le circuit WTA. 

Bianca Andreescu avait déjà mis la pression d'emblée sur l'Américaine en lui prenant le premier jeu de service. Elle lui prendra une seconde fois sa mise en jeu dans le 9e jeu pour s'offrir le premier set (6-3) sur une ... double faute de Serena Williams. On jouait depuis 42 minutes.

Le début du second set ne s'engage pas mieux pour l'Américaine qui doit céder sa mise en jeu une troisième fois dans le match pour se retrouver menée 2-0. La voie était libre pour Bianca Andreescu, impressionnante d'aplomb. Dos au mur, Serena Williams se devait de réagir sans tarder (2-1). 

Frustration

L'Américaine, commettant trop de fautes directes, ne pouvait cependant pas se départir de sa frustration et devait laisser filer le jeune promesse d'origine roumaine qui confirmait cette fois son nouveau break (4-1). A 5-1, Andreescu pouvait servir pour le match, mais Serena Williams sauvait une balle de match retardant ensuite l'échéance (5-3). Pour la seconde fois, Andreescu servait pour le match. Elle craquait complètement pour ramener Serena Williams dans la partie (5-4). La confiance avait changé de camp et les pendules étaient remises à l'heure par l'Américaine (5-5).

Le sursaut de la Canadienne était tout aussi impressionnant. Elle ne lâchait plus le morceau pour aller chercher la plus belle victoire de sa prometteuse carrière sur le service de son adversaire (7-5).

Clin d'œil de l'histoire, Bianca Andreescu était allé consoler sa rivale en finale du tournoi de Toronto lorsque la cadette des sœurs Williams avait du renoncer en finale. Andreescu remportait alors son deuxième titre WTA après Indian Wells. Quelques semaines plus tard, elle remporte la finale de cette quatrième levée du Grand Chelem ayant écarté au passage Kirsten Flipkens au 2e tour et Elise Mertens en quarts de finale brisant le rêve de la numéro 1 belge de rejoindre le dernier carré. La Canadienne n'avait jamais dépassé le 2e tour en Grand Chelem avant son arrivée à New York.

Quatre finales de Grand Chelem depuis 2017

Pour Serena Williams, les compteurs restent figés à 23 titres en Grand Chelem, dont six à l'US Open pour sa 10e finale sur le sol américain, 20 ans après y avoir remporté son premier titre en Grand Chelem. Bianca Andreescu n'était pas née.

Finaliste en 2018, Serena Williams a remporté six fois le titre à l'US Open en 1999, 2002, 2008, 2012, 2013 et 2014, comme sa compatriote Chris Evert.

Depuis son retour de maternité en mars 2017, Serena Williams a joué quatre finales de Grand Chelem, perdues, à Wimbledon et l'US Open l'an dernier, ainsi qu'à Wimbledon encore cette année et samedi à l'US Open.

Bianca Andreescu, vainqueur samedi à l’US Open de son premier titre du Grand Chelem, qui plus est en battant la légende Serena Williams devant son public, a avoué avoir “imaginé ce moment presque tous les jours”.

Bianca  Andreescu, très émue

“Ce n’est en fait pas la première fois que je m’imaginais disputant la finale, et qui plus est contre Serena Williams. C’est fou (elle essuie une larme). J’ai rêvé de ce moment depuis longtemps. Comme je l’avais dit, quelques mois à peine après avoir remporté l’Orange Bowl, j’étais déjà persuadée que je pouvais être là où je suis aujourd’hui. Je l’ai visualisée presque tous les jours. Et le fait que ça soit devenu réalité est fou! Comme quoi ces visualisations marchent vraiment! Je ressentais énormément de choses avant le match. Plus qu’avant n’importe quel autre match. Je jouais Serena en finale après tout. J’ai essayé de respirer en conscience autant que possible entre le moment où je me suis réveillée et le match, et j’ai continué durant toute la partie, juste pour maintenir le contrôle sur mes nerfs.”

“Ils étaient vraiment, vraiment bruyants.”

Face au public bruyant, Andreescu s’est même bouché les oreilles. “J’essayais de bloquer le bruit. J’arrivais à peine à m’entendre penser à ce moment-là. Ils étaient vraiment, vraiment bruyants. Mais j’imagine que c’est ce qui rend ce tournoi aussi spécial. Je suis sûre que c’est vraiment sympa pour les Américains de jouer sur ce court, mais j’ai aussi entendu quelques personnes me soutenir et ça me rend heureuse. Mais ce n’était certainement pas facile, surtout quand elle a entamé sa remontée au deuxième set (de 5-1 à 5-5, ndlr). Bon, on pouvait s’y attendre, c’est une championne, et c’est ce que les champions font. Elle l’a déjà fait très souvent dans sa carrière. J’ai juste essayé de rester aussi concentrée que possible. C’est pas facile de ne rien laisser passer, mais je pense ne m’en être pas trop mal sortie.”