Plein écran
Philippe Chatrier. © Getty Images

Comment Roland-Garros a changé les courts de son Histoire

Cette année, Roland-Garros a pris un nouveau visage avec un gros relooking. Si tous les travaux seront achevés pour l’édition 2020 (avec notamment l’installation d’un toit sur le Central), les spectateurs ont pu découvrir un court Simonne-Mathieu unique en son genre et un court n°14, vraie surprise de ce tournoi. Entre la polémique des loges vides sur le Chatrier, le clap de fin pour le mythique court n°1 et un Lenglen offrant des moments forts en émotions, les courts sont au centre des attentions et font l’Histoire de ce Roland-Garros. 7sur7 a passé quelques jours sur place et vous raconte l’atmosphère de cette édition 2019. 

Le Chatrier, un écrin magnifique qui sonne creux

Plein écran
Philippe Chatrier. © Twitter

Pour cette édition 2019, Roland-Garros a fait sa révolution. L’une des principales nouveautés de ce renouveau est la modernisation du court Philippe-Chatrier. Complètement reconstruit, les joueurs peuvent s'y sentir comme dans une arène. Le stade est complètement fermé en attendant le toit qui sera installé pour l’année prochaine. Un vrai bijou.

Mais le Central qui contient 15.000 places n’a pas connu de grands frissons durant la première semaine avec peu de matchs alléchants. Les favoris comme Nadal, Federer ou Djokovic ont déroulé et les rencontres ont souvent été expédiées en trois sets. 

En tribunes, une polémique a pris de l’ampleur après une déclaration de Lucas Pouille qui critiquait le fait que les loges soient vides et que les gens préféraient “aller boire du champagne" plutôt que de voir du tennis. Il est vrai que sur de nombreux matchs, les tribunes étaient parsemées. 

Le problème n’est pas nouveau. Ce paradoxe est observé chaque année sur le court Philippe-Chatrier lors de rencontres qui peuvent sembler anodines, mais aussi pour des matchs capitaux. Les demies Wawrinka-Tsonga en 2015 et Thiem-Cecchinato en 2018 avait débuté devant des loges clairsemées malgré l’importance de ces parties. 

Citation

En haut, les passionnés de tennis qui mangent des sandwichs pour ne rien rater des matchs. En bas, les loges vides

Un spectateur

Avec ce nouveau stade, Roland-Garros aurait pu changer cette tradition d’avoir des loges si près du court. L’organisation a préféré garder celle-ci en restant l’un des seuls tournois au monde avec des boxes pour VIP au bord du court. Le sujet agace les amateurs de tennis français et témoigne d’un clivage net. “En haut, les passionnés de tennis qui mangent des sandwichs pour ne rien rater des matchs. En bas, les loges vides”, confie un spectateur.

Guy Forget, directeur de tournoi, ne veut pas froisser ses invités mais tente de trouver des solutions. L’année dernière, on avait pu voir les tribunes se remplir grâce aux accrédités (ramasseurs de balles, équipes de la FFT...) lors des demi-finales.  Parmi les mesures prises, l’ancien champion mentionne également l’accès aux principaux courts en fin de journée.

Le Lenglen, des matchs d’anthologie et une atmosphère indescriptible

Plein écran
Court Suzanne-Lenglen © Photo News

Sur le Suzanne-Lenglen aussi, il y a ce problème des places souvent vides au bord du terrain. Mais cette année, le deuxième court du tournoi a vécu plusieurs matchs à rebondissements. Les rencontres les plus incroyables du tournoi se sont déroulées sur ce court.

Lors des huitièmes de finale, pendant que Nadal et Federer se qualifiaient aisément pour les quarts de finale sur le Central, le match entre Stan Wawrinka et Stefanos Tsitsipas se jouait sur le Lenglen. La rencontre restera sans aucun doute dans les annales du sport. Dans un stade plein à craquer et dans une ambiance folle, les spectateurs ont pu assister à un match d’anthologie. 

Citation

Je n’avais jamais vu une telle ambiance ici

Stan Wawrinka, Après son match face à Tsitsipas

Après plus de cinq heures d’un combat interminable, une balle de match dans le court pour un centimètre, un soleil de plomb, c’est Stan Wawrinka qui s’est imposé face au prodige grec Stefanos Tsitsipas. Le Suisse a déclaré avoir vécu la plus belle émotion de sa carrière à Paris: “Ce genre d’ambiance, ce genre d’émotion, c’est la raison pour laquelle je me suis remis d’une opération (au genou) pour revenir. Je n’avais jamais vu une telle ambiance pour moi ici. C’était incroyable.”

Le Lenglen a vécu d’autres matchs aux scénarios dingues. Au deuxième tour, Benoît Paire et Pierre Hugues Herbert ont notamment offert un spectacle démentiel de 4h33 et un match en cinq sets remporté au bout de la soirée par le premier des deux Français (6-2, 6-2, 5-7, 6-7, 11-9).

Les fans de tennis ont été conquis par le match entre l’Argentin Juan Martin Del Potro et le Russe Karen Khachanov en huitièmes de finale. Le plus jeune des deux s’est imposé en quatre sets en plus de trois heures de jeu (7-5, 6-3, 3-6, 6-3). Puis en quarts de finale, le duel entre les deux Suisses Stan Wawrinka (encore lui) et Roger Federer a été épique. C’est le numéro 3 mondial qui s’est imposé après 3h35 (7-6, 4-6, 7-6, 6-4).

Ce court mythique offre une atmosphère hors norme. Les joueurs apprécient énormément l’enceinte grâce à sa proximité avec le public. C’est le seul court qui n’a pas été modifié. Mais de toute façon, pourquoi changer un court qui gagne?  

Le Simonne-Mathieu, opération séduction réussie

Plein écran
Simonne Mathieu. © Baptiste Meslin

Au cœur des inquiétudes et des contestations pendant plusieurs années, ce fameux court Simonne-Mathieu a conquis tout le monde en à peine une semaine. Construit en plein milieu des serres d’Auteuil, l’écrin est magnifique. Les fleurs et les arbres sous serres entourent le nouveau court, très apprécié par les joueurs et les spectateurs. 

Citation

En jouant dessus, j’ai eu l’impression que c’était un court génial pour les attaquants et puis ça fait beaucoup de bruit

Nicolas Mahut

Avec ses 5.000 places, c’est le troisième plus important de Roland-Garros. Il offre surtout une excellente visibilité et une proximité. L’architecture du court s’intègre également plutôt bien dans les serres.

C’est Nicolas Mahut qui a fait vivre à ce court ses premières émotions. Le Français l’a réalisé en sortant le demi-finaliste de l’an dernier Marco Cecchinato en remontant un handicap de deux sets à zéro (2-6, 6-7, 6-4, 6-2, 6-4). “On sent que c’est un grand court même si les spectateurs sont proches de nous. En jouant dessus, j’ai eu l’impression que c’était un court génial pour les attaquants et puis ça fait beaucoup de bruit. C’est vraiment agréable, j’ai ressenti beaucoup d’émotions”, a confié le joueur de 37 ans à France Info. 

Excentrées par rapport au reste des courts, les nouvelles allées de Roland-Garros pour accéder au Simonne-Mathieu sont très agréables. Un espace pour regarder les matchs dans des transats ou des gros poufs, anciennement installé devant l’écran géant du court n°1, a été installé au bord du tout nouvel écrin. 

Le court n°1, clap de fin dans une ambiance particulière

Plein écran
Court n°1 © AFP

Le court n°1 vit ses dernières heures dans l’enceinte de Roland-Garros. À la fin du tournoi, le court historique où sont gravés les noms de tous les gagnants du tournoi va être détruit. Un nouvel espace de verdure prendra place devant le court central. Depuis l’annonce de sa destruction, les fidèles regrettent ce court, théâtre intimiste capable de se transformer en chaudron. Devenu un court annexe cette année avec l’éclosion du Simonne-Matthieu, il n'y avait plus besoin d’acheter un billet spécifique pour prendre place en tribune. Une aubaine pour tous fans de tennis. 

Le dernier match à suspens de l’Histoire de ce court n’était pas programmé pour être joué ici. Initialement prévue sur le Lenglen, la rencontre entre Stan Wawrinka et Grigor Dimitrov pour le compte du 3e tour a été déplacée au dernier moment à cause de la longueur des matchs. 

Mais un événement a marqué Roland-Garros autour de ce match. Les spectateurs qui avaient payé leur billet, parfois très cher, pour assister à ce match alléchant, n’ont pas été prévenus de sa déprogrammation du Lenglen. Des scènes rares ont alors eu lieu. Après une ruée vers le court n°1 déjà plein, des spectateurs hors d’eux se sont heurtés à des escaliers fermés pour monter dans la mythique arène. De grosses tensions se sont alors faites ressentir aux cris des centaines de personnes massées: “Remboursez, remboursez, remboursez!”. 

“Ça crie parce qu’on s’est fait avoir sur le match de Wawrinka. Ils ont fait commencer le match au cours numéro 1 alors qu’on était sur le Lenglen, on a payé pour ça”, confie Franck à RMC Sport. Dans la soirée, l’organisation de Roland-Garros a expliqué son choix pour des raisons d’équité sportive: “Nous comprenons la déception des spectateurs du court Suzanne-Lenglen. Il a été décidé de leur donner l’opportunité d’assister aux derniers matchs des courts Simonne-Mathieu et Philippe-Chatrier.”

Ne pouvant pas se terminer le soir même, ce match a offert un niveau exceptionnel. Le lendemain, le match a repris avec un court toujours aussi plein, de longues files d’attentes et des dizaines de personnes à toutes les entrées. Dans une ambiance survoltée, Stan Wawrinka s'est imposé après trois tie-break (7-6, 7-6, 7-6). 

Le court n°1 a été le théâtre de magnifiques spectacles. Pour lui, le rideau va se fermer très prochainement. Une page va se tourner à Roland-Garros. 

Le court N°14, la révélation du nouveau Roland-Garros

Plein écran
Court n°14 © AFP

Le Roland-Garros version 2019 a eu le droit à sa petite révélation: le court n°14. Désormais cinquième court du tournoi avec 2.200 places, la proximité avec les joueurs a créé des athmospères fantastiques lors des premiers tours. Pierre Hugues Herbert peut en témoigner. C’est en partie grâce au public qu’il a réussi l’exploit de remonter deux sets pour s'imposer en un peu moins de 4h face au jeune Daniil Medvedev (4-6, 4-6, 6-3, 6-2, 7-5). Juste avant de livrer un match incroyable sur le Lenglen (voir ci-dessus), son compatriote Benoit Paire s’était aussi qualifié sur ce court face à Marius Copil dans une ambiance digne de la Coupe Davis. 

Quelques jours plus tard, un autre français, Nicolas Mahut a étrillé l’Allemand Philipp Kohlschreiber en trois petits sets (6-3, 6-3, 6-3) pour accéder pour la première fois de sa carrière au 3e tour. Ce court, souriant aux Français jusqu’ici, a offert un formidable combat mélant supporters français et argentins entre le jeune Corentin Moutet et Juan Ignacio Londero (2-6, 6-3, 6-4, 5-7, 6-4). Un autre match en cinq sets a marqué le tournoi sur ce court avec la qualification surprise pour les huitièmes de finale de Jan-Lennard Struff sortant Borna Coric en cinq sets et 4h22 (4-6, 6-1, 4-6, 7-6, 11-9). Les vrais mordus de la petite balle jaune ont fortement apprécié ce nouveau court.

Les Belges ont également pu goûter à cette effervescence avec David Goffin qui a battu Miomir Kecmanović (6-2, 6-4, 6-3) avant d’aller affronter Nadal et Elise Mertens qui sortait le même jour la jeune révélation française de 16 ans, Diane Parry (6-1, 6-3).

Le court n°14 est un des symboles de ce renouveau à Roland-Garros. Le tournoi parisien devrait offrir encore quelques frissons d'ici la fin de la quinzaine avec les premières têtes de série encore en lice. En retard sur les autres tournois du Grand Chelem depuis plusieurs années, Roland-Garros vient de combler une grande partie de celui-ci. L’élégance à la française est au rendez-vous. La terre battue parisienne a encore de longues années devant elle. Au plus grand bonheur des joueurs et des fans de tennis.

Sondage

Que pensez-vous de cette édition de Roland Garros ?

  • Quel pied ! (23%)
  • Correcte (42%)
  • Décevante (20%)
  • Je n'ai pas d'avis (14%)
488 votants
  1. Elise Mertens “surprise”, mais satisfaite de son entrée en lice à Osaka

    Elise Mertens “surprise”, mais satisfaite de son entrée en lice à Osaka

    Elise Mertens (WTA 24) était satisfaite d'avoir franchi, lundi, le premier tour du tournoi WTA Premier sur dur d'Osaka, doté de 823.000 dollars, au détriment de la jeune Américaine Whitney Osuigwe (WTA 115), 17 ans. La Limbourgeoise, 23 ans, devait initialement défier Anastasija Sevastova (WTA 18), tête de série N.6, mais la Lettone, qui l'avait battue à Roland-Garros, a déclaré forfait en raison de problèmes digestifs.