Plein écran
© BELGA

Coppejans s’incline en Coupe Davis, la Hongrie rétablit l’égalité

Mise à jourKimmer Coppejans s’est incliné sèchement (6-3, 6-0) contre le Hongrois Attila Balazs (ATP 76) en qualification à la phase finale de la Coupe Davis. Le score est désormais de 2-2 entre les deux nations. Bemelmans et Fucsovics disputeront la rencontre décisive.

La Belgique et la Hongrie sont à égalité 2 victoires partout en qualification à la phase finale de la Coupe Davis. Dans le quatrième match, Kimmer Coppejans (ATP 154) a été battu par Attila Balazs (ATP 76) 6-3, 6-0, samedi, au Fonix Hall (en salle sur terre battue) de Debrecen, en Hongrie. La rencontre a duré 1 heure et 20 minutes. Le cinquième match entre Marton Fucsovics et Ruben Bemelmans sera décisif.

Alors qu’il a manqué une balle de break à 2-2, Coppejans a perdu son service dans le jeu suivant. Un retard qu’il ne parviendra pas à rattraper lors du premier set, gagné 6-3 par Balazs. Dans le deuxième set, Coppejans perdait ses deux premières mises en jeu. A 4-0, il manquait une balle de break. Balazs s’envolait ainsi vers la victoire, remettant les deux équipes à égalité.

Le match décisif opposera Ruben Bemelmans (ATP 222) à Martin Fucsovics (ATP 84). Vendredi, Bemelmans s’était imposé en trois sets 5-7, 7-6 (7-4), 6-4 face à Balazs pour offrir un premier point à la Belgique. La Hongrie avait ensuite égalisé à l’issue de la deuxième rencontre de la journée remportée par Fucsovics face à Coppejans en trois sets 6-2, 5-7 et 6-4.

Samedi, le double formé par Sander Gillé et Joran Vliegen a battu 3-6, 6-1, 6-4 Balazs et Fucsovics remettant la Belgique aux commandes.

La Belgique joue sans David Goffin qui a choisi de rester sur surface dure pour préparer ses prochains tournois américains. Les rencontres de Coupe Davis sont désormais jouées sur deux journées et les matchs au meilleur des trois sets. Le vainqueur de cette rencontre rejoindra en phase finale, jouée à Madrid du 23 au 29 novembre, l’Espagne, la Russie, le Canada et la Grande-Bretagne, demi-finalistes en 2018, ainsi que la France et la Serbie, bénéficiaires d’une invitation.

Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
  1. Roger Federer ne veut pas jouer au tennis dans des stades vides

    Roger Federer ne veut pas jouer au tennis dans des stades vides

    Roger Federer ne veut pas jouer dans des stades vides. "J'espère sincèrement que nous pourrons reprendre la saison de manière normale, donc avec les spectateurs. Même si cela signifie que nous devrons attendre un peu plus longtemps", a déclaré la légende suisse de 38 ans au site brésilien GloboEsporte, en marge de son soutien à la campagne "Vencendo Juntos" à l'initiative de l'ancien N.1 mondial brésilien Gustavo Kuerten, conçue pour subvenir aux besoin de 35.000 familles brésiliennes dans le besoin.