Plein écran
© BELGA

David Goffin éliminé: “À Roland-Garros, Nadal est dans son jardin”

David n'a pas terrassé Goliath. David Goffin a vu son parcours à Roland-Garros s'achever vendredi soir au troisième tour sous les frappes lourdes et liftées de Rafael Nadal (ATP 2), le tenant du trophée. 

Sur le court Philippe-Chatrier, le Liégeois, 28 ans, s'est ainsi bien défendu contre le maître des lieux, 32 ans, réussissant avec brio à lui prendre le troisième set après avoir été balayé dans les deux premiers.

"Je suis déçu évidemment, parce que c'est une défaite. On est éliminé du tournoi et c'est la fin d'un Grand Chelem", a-t-il expliqué. "C'était vraiment très difficile au début, car j'avais le sentiment jouer contre un mur. Comme il est 8 mètres derrière sa ligne de fond, j'ai l'impression que ma balle n'avance pas et puis elle me revient avec tellement de puissance que c'est très dur de frapper un coup gagnant. 

“Il était dans son fauteuil”

Après le premier set, il fallait absolument que je change quelque chose, que je sois plus agressif, quitte à faire des fautes, car il était dans son fauteuil. Il fallait que je serve mieux et que je fasse le jeu avec mon coup droit. Je suis content d'avoir remporté le troisième set, mais en même temps, ce n'était qu'un set. J'étais encore loin de gagner. Il est très dur à jouer ici. Il est dans son jardin. Il a l'espace pour courir derrière chaque balle. C'est dur de le dépasser. Il a fait du Nadal et cela reste très fort.”

Plein écran
© Photo News

David Goffin peut néanmoins quitter Paris la tête haute après avoir disputé un bon tournoi. Le numéro un belge, qui n'a guère été à la fête depuis le début de l'année, semble avoir retrouvé des couleurs sur la terre battue de la Porte d'Auteuil. Voilà qui devrait lui donner du cœur à l'ouvrage pour la suite et la saison sur gazon.

"C'est dommage, parce qu'il y a eu énormément de bonnes choses", a-t-il poursuivi. "Mais bon, c'est positif pour la suite. Je pense que j'ai retrouvé mon jeu lors de ce tournoi. J'ai joué d'excellents matches. J'étais à nouveau compétitif, à nouveau créatif, spontané. C'est ce qui fait ma force et c'est le plus important. Aujourd'hui, Nadal était juste plus fort que moi. Mais, voilà, je retire de bonnes choses du match. Et c'est ce qu'il faut garder à l'esprit pour la suite de la saison.", conclut-il. 

Plein écran
© AFP

Rétrogradé dans le classement mondial

Après ce match perdu, David Goffin (ATP 29) va encore rétrograder dans la hiérarchie mondiale. Le Liégeois va même sortir du Top 30 à l’ATP pour la première fois depuis le 29 septembre 2014.

“Je n’étais pas focalisé sur le classement. C’était plus sur mon niveau de jeu”, a expliqué le Liégeois. “Je suis content qu’il soit revenu ici. C’est comme ça. En redescendant parmi les têtes de série les plus basses, on tombe d’office au troisième tour sur les têtes de série qui sont de 1 à 16 (NdlR : de 1 à 8 quand on est 29e comme lui). Cela pouvait donc être sur Rafa, comme quelqu’un d’autre. Cette fois-ci, c’était Rafa. Voilà, ce n’est pas le plus important. Je sais que si je continue comme ça, cela reviendra.”

Huitième de finaliste l’an dernier sur la terre battue de la Porte d’Auteuil, David Goffin se retrouvera au minimum au 33e rang mondial lors de la parution du nouveau classement, le lundi 10 juin. Il se dit toutefois qu’il a peut-être mangé son pain noir et va tout faire pour reverdir lors de la saison sur gazon.

“La prochaine étape, c’est la saison sur gazon. Je vais jouer à Rosmalen, et à Halle en préparation de Wimbledon. Ce n’est pas évident parce que je commence à être au point sur terre battue”, a-t-il souri. “Et là, il y a un changement de surface à nouveau. Je sais que c’est une surface où je joue bien, mais il faut toujours un temps d’adaptation. Le déplacement, c’est toujours un peu délicat. C’est complètement à l’opposé de la terre battue. On va essayer d’être prêt le plus tôt possible, afin que je me sente le mieux possible”, conclut-il. 

L'avis du coach

Thomas Johansson, le coach de David Goffin, était partagé entre deux sentiments après la défaite en quatre sets de son protégé contre Rafael Nadal (ATP 2), vendredi au troisième tour à Roland Garros. Le Suédois, 44 ans, était évidemment un peu déçu, mais aussi satisfait des progrès réalisés par le Liégeois lors de tournoi du Grand Chelem. “Je pense qui si David avait rencontré n’importe quel autre adversaire que Nadal, il aurait gagné aujourd’hui”, a-t-il confié.

“Rafa a extrêmement bien joué. Il a commencé le match sur les chapeaux de roue en frappant très fort et ne laissant pas la moindre occasion à David de lui faire mal”, a expliqué Thomas Johansson. “C’était extraordinaire. David a été rapidement mené deux sets à zéro et je pense que personne n’a jamais remonté un tel déficit (NDLR: Roger Federer en 2005 à Miami et Fabio Fognini à l’US Open sont les deux seuls). Cela dit, j’ai été très impressionné par le tennis que David a produit dans le troisième set. Il a essayé de trouver des solutions. Il était plus agressif. Il a bien utilisé l’amortie. Et puis, il a eu une toute petite ouverture au début du quatrième set, mais Rafa est resté solide. La montagne était trop escarpée. Et je ne sais pas qui va battre Rafa ici.”

Le bilan de ce Roland-Garros, pour Thomas Johansson, est dès lors très positif. Et il a hâte de voir ce que ce que David Goffin sera capable de faire sur gazon.

“Je suis heureux des progrès que David a effectués. Ses deux premiers matches ici (NDLR: contre le Lituanien Berankis et le Serbe Kecmanovic) ont été excellents. Il a été très régulier. Et c’est cela que j’attends de lui. C’est la force de David. Je suis impatient de voir ce que cela va donner sur le gazon, où il va disputer deux tournois (NDLR: Rosmalen et Halle) avant Wimbledon. On va continuer à travailler le service, le volée, les amorties aussi, pour apporter de la variété. Et essayer qu’il soit un peu plus coriace, qu’il n’ait pas peur de venir au filet, même contre un joueur comme Rafa”, conclut-il. 

  1. Djokovic souhaite la création d’une “Super Coupe”

    Djokovic souhaite la création d’une “Super Coupe”

    Novak Djokovic, qui a disputé son premier match de Coupe Davis nouvelle formule, mercredi à Madrid, quelques semaines avant de jouer la première édition de l'ATP Cup, souligne l'impossible coexistence de ces deux compétitions, appelant à la création d'une seule "Super Coupe" fin septembre. La date suggérée n'est pas anodine: elle correspond au créneau occupé par la Laver Cup, cette troisième compétition par équipes initiée en 2018 par Roger Federer mais qui n'est qu'une exhibition.
  2. Le forfait du double canadien: nouvelle polémique en Coupe Davis

    Le forfait du double canadien: nouvelle polémique en Coupe Davis

    Après le manque de public et d'ambiance, après les horaires tardifs des rencontres, une nouvelle polémique a assombri mercredi la première édition de la Coupe Davis nouvelle formule à Madrid: le forfait du double canadien, la veille face aux Etats-Unis, qui fausse l'équité de la compétition. En cas de défaite contre l'Australie ce mercredi, l'équipe belge pourrait être impactée par ce forfait en vue de l'obtention des tickets pour les quarts de finale réservés aux deux meilleurs deuxièmes.