Décisions et annonces tardives: la grogne des écoles et des moniteurs de tennis

La première phase du déconfinement, amorcée par la Belgique ce lundi, fera le plus grand bien à de nombreux amateurs belges de la petite balle jaune, qui peuvent dès à présent à nouveau se défouler sur les courts de tennis des quatre coins du pays. Mais le durcissement des règles initialement prévues, annoncé ce dimanche, a nettement tempéré l’enthousiasme des moniteurs, des écoles et des dirigeants de clubs de tennis en Wallonie et à Bruxelles.  

C’est ce dimanche aux alentours en fin d’après-midi que l’Association Francophone de Tennis a apporté ces précisions: contrairement à ce qui avait été annoncé, les mesures de sécurité ont été renforcées. Seules deux personnes peuvent être présentes au même moment sur un court et chaque participant ne pourra, jusqu’au 18 mai au moins, taper la balle qu’avec deux joueurs différents. 

Conséquences directes: impossible pour les entraîneurs, moniteurs et professeurs de tennis de donner cours à plus de deux joueurs différents et à raison d’un seul joueur par séance. C’est donc tout le travail de préparation, les plannings et les rendez-vous pris ces derniers jours qui tombent à l’eau. “Hier soir, j’ai dû appeler tous les joueurs avec qui j’avais programmé des cours pour les annuler”, nous explique Damien Hombergen, responsable de l’école de tennis d’Enghien, qui, au lieu de l’horaire complet qui aurait pu l’attendre cette semaine a vu son nombre d’heures drastiquement réduit: “De 40 heures, je suis passé à 15 heures de cours, mais il va falloir faire avec. On pouvait peut-être s’y attendre d’ailleurs, mais s’il y avait eu plus de clarté dès le départ, la pilule serait sans doute passée plus facilement”, ajoute-t-il.   

Plein écran
© BELGA

“Cette décision a créé une énorme frustration. Tant pour le corps professoral que pour les joueurs et les élèves”, insiste pour sa part Jean-Pol Zicot, du Royal Charles-Quint Tennis Club, dont le complexe est situé à Ganshoren. “Au-delà des nombreuses démarches que tous les responsables de club ont dû faire en dernière minute dimanche soir, l’impact financier risque, lui aussi, d’être conséquent. Pour les clubs et pour les professeurs, dans un secteur qui, comme d’autres, est particulièrement touché.” 

Et si c’est surtout la communication de l’AFT et du Ministère des Sports qui suscite la déception dans du milieu, le responsable du club bruxellois ne comprend pas non plus tout à fait la justesse de ses décisions.  “Le tennis est vraiment un sport où les contacts, et donc les risques, sont très limités, si l’on se fie à l’analyse des experts. Il y a du gel désinfectant sur les courts, on a retiré les bancs... bref, on s’est plié aux exigences et aux consignes sanitaires. J’ai le sentiment que je risque plus d’être contaminé en allant faire mes courses qu’en donnant cours ou en jouant au tennis. C’est entre autre pour ça que cette décision est difficile à comprendre. Et s’il y a autant de réactions, c’est plus par rapport au manque de soutien de la Fédération. On a l’impression que pour défendre les professeurs, les entraîneurs et les clubs, l’AFT aurait peut-être pu appuyer un peu plus sur tout ce qui est mis en place dans les clubs pour limiter les risques de propagation du virus.”

Comme ici, à Hannut, le tennis reprend ses droits en Belgique ce lundi. Mais ça n'empêche pas la frustration de nombreux responsables de clubs en Wallonie et à Bruxelles.
Plein écran
Comme ici, à Hannut, le tennis reprend ses droits en Belgique ce lundi. Mais ça n'empêche pas la frustration de nombreux responsables de clubs en Wallonie et à Bruxelles. © BELGA

“Toutes les fédérations ont été logées à la même enseigne”

Critiquée par de nombreux dirigeants de clubs, l’Association Francophone de Tennis a rapidement réagi sur les réseaux sociaux dimanche soir. Précisant comprendre “la frustration et la déception” engendrées par l’annonce tardive de ces mesures. Mais assurant aussi que “toutes les fédérations qui ont la chance de reprendre leurs activités le 4 mai ont été livrées à la même enseigne”. “Nous avons reçu ce complément d’informations ce dimanche fin d’après-midi et avons tout mis en œuvre pour vous informer au plus vite”, ajoute encore l’instance dirigeante du tennis francophone belge. 

  1. Roger Federer ne veut pas jouer au tennis dans des stades vides

    Roger Federer ne veut pas jouer au tennis dans des stades vides

    Roger Federer ne veut pas jouer dans des stades vides. "J'espère sincèrement que nous pourrons reprendre la saison de manière normale, donc avec les spectateurs. Même si cela signifie que nous devrons attendre un peu plus longtemps", a déclaré la légende suisse de 38 ans au site brésilien GloboEsporte, en marge de son soutien à la campagne "Vencendo Juntos" à l'initiative de l'ancien N.1 mondial brésilien Gustavo Kuerten, conçue pour subvenir aux besoin de 35.000 familles brésiliennes dans le besoin.