Plein écran
© AP

Djokovic amer : “Des conditions proches d’un ouragan”

Le Serbe Novak Djokovic avait du mal à masquer sa déception et une pointe d'agacement après sa défaite face à l'Autrichien Dominic Thiem en demi-finale de Roland-Garros, évoquant "les pires conditions" dans lesquelles il ait jamais joué vendredi en raison du vent.

"D'abord félicitations à Dominic", a dit le N°1 mondial en conférence de presse. "Il a très bien joué, surtout dans les moments importants. Il a réussi à me faire jouer un coup de plus à la fin du match. Il a joué juste et m'a placé dans des situations inconfortables pour s'ouvrir le court et finir l'échange avec un coup gagnant, comme sur la balle de match. Je ne pense pas avoir fait beaucoup d'erreurs pour être honnête dans ce tournoi. Ce match avait de grandes chances d'être compliqué car Dominic est un super joueur, spécialement sur terre. Ce genre de match se joue à un ou deux points".

“Les pires conditions”

La rencontre a été jouée par grand vent, surtout vendredi. "Évidemment, quand on joue dans des conditions proches de celle d'un ouragan, c'est difficile de jouer votre meilleur tennis", dit Djokovic. "C'est vraiment proche de la survie dans ces conditions, essayer de garder son service et de renvoyer une fois de plus que votre adversaire la balle dans le court. Ça ressemblait à ça hier pour être honnête. Sans doute les pires conditions que j'ai jamais connues. Ça je vous l'assure. J'ai bien joué je pense la plupart du temps lors de cette saison sur terre. Et ici je n'ai pas perdu un set avant les demies. Je ne veux pas pointer quelque chose ou chercher d'excuse pour cette défaite. Il a gagné, bien joué à lui."

“Il n’y a pas de règles”

Quand on lui demande s'il pense qu'il devrait y avoir une limite à fixer pour arrêter un match avec un tel vent, le Serbe répond : "Il n'y a pas de règles. C'est ce que j'ai expliqué hier sur le court dans le premier set quand j'ai appelé le superviseur. Il est venu et m'a dit que tant qu'il n'y avait pas d'objets volant sur le court, on jouait. Je ne savais pas qu'un parapluie n'était pas un objet volant, comme j'en ai vu voler dans le premier jeu du match. Mais c'est leur décision. J'imagine qu'ils connaissent mieux le tennis", ajoute Novak Djokovic, qui ne sait pas encore s'il jouera avant Wimbledon, le prochain tournoi du Grand Chelem.

Plein écran
© AFP
Plein écran
© REUTERS
Plein écran
© AP
Plein écran
© AP
Plein écran
© EPA
  1. Goffin n’a pas fait de cadeau à son pote Herbert: “Jamais facile de jouer contre un ami”
    Mise à jour

    Goffin n’a pas fait de cadeau à son pote Herbert: “Jamais facile de jouer contre un ami”

    David Goffin (ATP 33) retrouve des couleurs. Après un Roland Garros encourageant, le Liégeois de 28 ans s’est hissé en quarts de finale du tournoi ATP 250 sur gazon de Rosmalen (s’Hertogenbosch), doté de 635.750 euros, jeudi aux Pays-Bas. Sur le Centre Court, le N.1 belge, finaliste de l’édition 2015, a battu le Français Pierre-Hugues Herbert (ATP 45), 28 ans, l’un de ses meilleurs amis sur le circuit : 6-3, 7-5.