Dominic Thiem
Plein écran
Dominic Thiem © BELGA

Dominic Thiem répond aux critiques: “Je ne veux pas qu'on me force à donner de l'argent”

Sous le feu des critiques après avoir refusé d’aider financièrement les joueurs mal-classés, Dominic Thiem a détaillé sa pensée dans les colonnes de L’Equipe.

“Je ne vois pas vraiment pourquoi je devrais donner de l’argent à de tels joueurs. Je préfère en donner aux personnes ou aux organisations qui en ont vraiment besoin”. Cette sortie de Dominic Thiem à la fin du mois d’avril avait mis le feu aux poudres dans le monde du tennis. L’Autrichien a refusé de participer à un fonds de soutien destiné aux joueurs mis en difficulté par la pandémie du coronavirus. Ce fonds a été adoubé par Novak Djokovic en tant que président du Conseil des joueurs de l’ATP, dont font aussi partie Roger Federer et Rafael Nadal.

“Beaucoup de joueurs méritent d’être soutenus”

La polémique a pris de l’ampleur, et les propos de l’Autrichien ont poussé Inès Ibbou, 620e du classement WTA, à publier une vidéo poignante où elle expliquait ses difficultés à vivre de son métier. Ce mardi dans un entretien accordé à L’Equipe, le tennisman sort du silence pour défendre son point de vue.

“Tous les journaux et magazines ont titré là-dessus, ce qui était injuste. Je n’ai pas dit ‘tout le monde’. Il y a évidemment beaucoup de joueurs qui méritent d’être soutenus, qui donnent vraiment leur maximum. Mais je pense que, si tu commences à jouer au tennis et que tu peux t’entraîner durant toute ton enfance, c’est déjà que tu bénéficies d’une situation assez privilégiée. Je pense aussi qu’il y a des gens et des organisations qui ont davantage besoin de soutien que des joueurs de tennis”, a-t-il persisté.

“Il y a des joueurs qui n’ont pas une attitude professionnelle”

“Je veux choisir moi-même qui j’aide et je ne veux pas qu’on me force à donner de l’argent à qui que ce soit. Quand j’étais plus jeune, j’ai passé deux ans et demi à disputer des Futures. Il y a des joueurs qui sont là depuis, je ne sais pas, sept ou dix ans, et qui ne se comportent pas comme des professionnels. C’est pour ça que je sais qu’il y a des joueurs qui n’ont pas une attitude professionnelle. Encore une fois, ce n’est pas tout le monde, mais certains. C’est pour ça que je trouve mieux de choisir qui tu veux aider”, poursuit-il.

Dominic Thiem a également assuré “savoir ce que c’est d’avoir des difficultés et de travailler pour les surmonter”, faisant également part des sacrifices financiers de ses parents pour l’aider. Pour aider les joueurs moins bien classés, “le prize money pourrait être mieux réparti, notamment en Challenger” selon lui.

  1. David Goffin et Roland-Garros, une belle histoire qui attend encore son apothéose
    Roland-Garros

    David Goffin et Roland-Gar­ros, une belle histoire qui attend encore son apothéose

    Si le tournoi parisien avait pu se dérouler comme prévu, les quarts de finale auraient débuté ce mardi à Roland-Garros. Un stade de la compétition que David Goffin a atteint pour la première fois en Grand Chelem à Paris et ce n’est sans doute pas un hasard. Le Liégeois a toutes les qualités pour briller sur terrer battue et Roland-Garros lui a d’ailleurs offert quelques-uns des plus beaux moments de sa carrière. Retour sur les bons et les moins bons souvenirs d’une histoire d’amour qui reste, à ce jour, inachevée.
  2. Toutes les options restent ouvertes pour l’US Open

    Toutes les options restent ouvertes pour l’US Open

    Une décision relative à la tenue de l'US Open, et dans quelles conditions, doit être prise à la mi-juin ou fin juin, a expliqué Stacey Allaster, directrice exécutive de l'association américaine de tennis (USTA) à Associated Press samedi. Si la troisième levée du Grand Chelem de tennis de l'année pouvait avoir lieu, "toutes les options en matière de mesures à prendre sont étudiées", a-t-elle précisé. "Mais nous n'avons encore pris aucune décision."