Plein écran
Numéro 3 mondial, mais tête de série numéro 2: les habitudes de Wimbledon ne passent pas auprès de tout le monde. © Photo News

Federer avantagé, Nadal pas content: l’éternel débat des têtes de série à Wimbledon

Cette année encore, Wimbledon se démarquera des autres tournois du Grand Chelem pour désigner ses têtes de série. Une décision qui pourrait avoir son importance au moment du tirage au sort: Roger Federer, numéro 3 mondial, sera tête de série numéro 2 et pourrait être sérieusement avantagé vendredi, quand les tableaux vont tomber.  

L’an dernier déjà, le système de calcul du Grand Chelem britannique avait fait polémique. À l’époque, c’est autour du tableau féminin que les débats étaient les plus animés. Dominika Cibulkova, alors 32e mondiale, avait été privée du statut de tête de série, à cause de Serena Williams, pourtant 183e mondiale mais promue tête de série numéro 25. 

Pourquoi? Parce que Wimbledon a pris l’habitude, depuis plusieurs années, de minimiser l’importance du classement mondial et de prendre en compte les résultats sur gazon, au cours des deux dernières années pour mettre sur pied sa liste de 32 têtes de série. 

Et cette année, si les Londoniens s’en tiennent à leur méthode de calcul habituel, c’est dans le tableau masculin que les répercussions seront marquées. Le maître des lieux à Wimbledon, profiterait de son titre à Halle, pour s’installer au deuxième rang des têtes de série, derrière le numéro 1 mondial, Novak Djokovic. Autre grand bénéficaire de ce calcul particulier? Kevin Anderson, huitième mondial et finaliste l’an dernier sur le gazon du All-Englang Club, qui serait tête de série numéro 4. Et les deux malheureux sont Rafael Nadal, tête de série numéro 3, et Dominic Thiem (quatrième joueur mondial) future tête de série numéro 5 à Wimbledon.

Plein écran
Si le tirage au sort lui est favorable, Roger Federer pourrait éviter et Rafael Nadal et Novak Djokovic sur la route d’une éventuelle finale à Wimbledon. © EPA

Rafa monte au créneau 

Ça peut évidemment tout changer. Roger Federer est assuré d’éviter Novak Djokovic en demi-finale et il pourrait aussi éviter Rafael Nadal dans sa moitié de tableau. Au contraire de l’Espagnol qui aurait pu éviter les deux autres monstres et qui serait dès lors certain d’en avoir un des deux dans son côté du tableau. Le titre londonien ne va, évidemment, pas se jouer là-dessus, mais ça aura son importance. 

Et Rafael Nadal ne le cache pas: il n’apprécie que très modérément. “Ce qui n’est pas correct, c’est qu’il n’y a que Wimbledon qui fait ça”, explique Nadal dans une interview accordée à Movistar. Et l’Espagnol se veut porte-parole du circuit: “Des joueurs se battent sur toutes les surfaces, toute l’année, pour obtenir le droit d’être tête de série et à Wimbledon, à cause de ça, ils ont des tirages plus difficiles.” Des critiques susceptibles de faire changer la méthode de calcul des organisateurs du prestigieux Grand Chelem londonien? 

Plein écran
Rafael Nadal, principale victime de la désignation des têtes de série pour Wimbledon 2019. © EPA
  1. Van Herck, avant l'Australie: "Pas évident, mais nous avons toujours répondu présents"

    Van Herck, avant l'Austra­lie: "Pas évident, mais nous avons toujours répondu présents"

    La Belgique a rendez-vous avec l'Australie ce mercredi à 18 heures à Madrid pour une place en quarts de la phase finale de la Coupe Davis de tennis. Victorieux 2-1 de la Colombie avec un très bon Darcis et un Goffin poussif, les Belges ont tout intérêt à gagner dans le Stadium 3 de la Caja Magica pour éviter les comptes d'apothicaire liés à une éventuelle place de meilleurs deuxièmes.
  2. La France a lutté jusqu’au bout face au Japon

    La France a lutté jusqu’au bout face au Japon

    La France, finaliste de l’édition 2018 et 1re au classement mondial, a abordé la phase finale de la nouvelle Coupe Davis de tennis pas un succès 2-1 face au Japon dans le groupe A, mardi après-midi à Madrid. L’Argentine, 3e mondiale, n’a pas tremblé face au Chili (22e) et s’est imposé 3-0 dans le groupe C. Le Kazakhstan (N.12) a aussi fait respecter la hiérarchie aux Pays-Bas (N.19) en s’imposant 2-1 grâce à son équipe de double.