Plein écran
© EPA

Kyrgios se qualifie après un match de folie: “Chacune de mes jambes pèse 40 kilos”

Nick Kyrgios a remporté un match de folie, aussi spectaculaire que tendu, samedi au 3e tour de l'Open d'Australie où Rafael Nadal a livré son "meilleur match". Bonne nouvelle: les deux joueurs s'affronteront en 8es de finale. 

Le N.1 mondial, qui a avoué avoir suivi jusqu'au milieu de la nuit la qualification épique de Roger Federer, a néanmoins balayé quelques heures plus tard son compatriote Pablo Carreno (30e) 6-1, 6-2, 6-4.

"Il y a une énorme différence entre aujourd'hui et les jours précédents. J'ai bien servi et j'ai commencé à créer des failles avec mon coup droit", s'est félicité l'Espagnol, en quête d'un 20e trophée majeur à Melbourne pour égaler le record détenu par Roger Federer.

Mais le clou de la journée, le spectacle total, le match de folie, s'est déroulé en soirée dans la Melbourne Arena entre Nick Kyrgios et Karen Khachanov.

L'Australien s'est imposé après 4h26 d'un combat aussi spectaculaire que tendu qui s'est terminé au super tie break 6-2, 7-6 (7/5), 6-7 (6/8), 6-7 (7/9), 7-6 (10/8).

Outre les coups spectaculaires, les coups inutiles mais qui l'amusaient, parfois efficaces, parfois perdants, outre les plongeons, outre les auto-invectives et la colère contre l'arbitre, Kyrgios a livré un match d'une tension extraordinaire durant lequel Khachanov lui a donné une réplique sur mesure. "C'est un guerrier absolu", a assuré Kyrgios en estimant que cette victoire était "sans aucun doute l'une des plus belles de (sa) carrière".

Plein écran
© AP

“40kg par jambe”

"Chacune de mes jambes pèse 40 kg", a-t-il avoué. Et mentalement, il a fallu être sacrément solide, surtout après avoir manqué une balle de match au 3e set, puis encore une au 4e, et voir Khachanov à deux points du match dans le super tie break avec deux services à suivre (8-7 pour le Russe). Mais c'est l'Australien qui a aligné trois points d'affilée, dont les deux premiers sur service adverse, pour se qualifier.

Le premier qualifié du jour dans le tableau masculin a été le Français Gaël Monfils qui a dominé le Letton Ernests Gulbis (256e) 7-6 (7/2), 6-4, 6-3. "Je suis très content de la façon dont j'ai joué", a déclaré le Parisien de 33 ans avant de quitter le court.

Il faut dire que Gulbis, s'il est aujourd'hui 256e mondial, a vécu des saisons bien plus glorieuses qui l'ont emmené jusqu'aux demi-finales à Roland-Garros et au Top 10 mondial. Mais c'était en 2014 et désormais, le 10e mondial c'est Monfils.

  1. Roger Federer ne veut pas jouer au tennis dans des stades vides

    Roger Federer ne veut pas jouer au tennis dans des stades vides

    Roger Federer ne veut pas jouer dans des stades vides. "J'espère sincèrement que nous pourrons reprendre la saison de manière normale, donc avec les spectateurs. Même si cela signifie que nous devrons attendre un peu plus longtemps", a déclaré la légende suisse de 38 ans au site brésilien GloboEsporte, en marge de son soutien à la campagne "Vencendo Juntos" à l'initiative de l'ancien N.1 mondial brésilien Gustavo Kuerten, conçue pour subvenir aux besoin de 35.000 familles brésiliennes dans le besoin.