Plein écran
En janvier, en larmes, Andy Murray avait annoncé qu’il pourrait mettre fin à sa carrière avant la fin de la saison. Une opération réussie de la hanche plus tard: l'Écossais est de retour sur les courts et c’est dores et déjà la belle histoire de la saison sur gazon. © AP

L’opération qui a “complètement changé la vie” d’Andy Murray

Les larmes d’Andy Murray en Australie avaient ému le monde du tennis, c’est avec un grand sourire que l'Écossais a répondu aux questions de la BBC. Car oui, Andy Murray va reprendre la compétition et surtout parce qu’il n’a plus de douleur à la hanche, ce qu’il croyait impossible il y a quelques mois encore. 

Cinq mois après avoir annoncé qu’il envisageait de prendre sa retraite à cause d’une hanche trop douloureuse, Andy Murray est un nouvel homme. Et il va très rapidement reprendre le chemin des courts puisqu’il sera présent au Queen’s, le tournoi de préparation par excellence pour Wimbledon, où il disputera... le double, en compagnie de l’Espagnol Feliciano Lopez.

Plaisir et envie 

Plein écran
Andy Murray a retrouvé le plaisir de jouer... sans douleur. © EPA

Et Murray le sait, il revient de très loin. “Je ne m’attendais pas à être dans cette position, je ne savais pas comment ça se passerait si je passais sur le billard. Les résultats sont brillants, ça a complètement changé ma vie.” 

À Melbourne, en janvier, quand il a quitté le court après un magnifique combat contre Roberto Bautista-Agut, Andy Murray ne savait pas si c’était la dernière fois qu’il sortait de l'arène. Aujourd’hui, il s’apprête à reprendre le collier. “Je ne sais pas du tout à quoi m’attendre et je me garderai bien de faire la moindre prédiction, mais juste remonter sur le court et ne plus avoir mal, c’est assez.” 

Et pas sur n’importe quels courts puisque c’est chez lui, à Londres, sur le gazon qu’il chérit tant, que Murray va regoûter aux joies de la compétition. “Au cours des 18 derniers mois, j’ai souvent voulu arrêter, parce que je ne prenais plus de plaisir sur les courts, que ce soit à l’entraînement ou en match. Ça m’importait peu de gagner des rencontres ou pas, parce que je ne m’amusais plus. Là, j’ai retrouvé le plaisir, l’envie de monter sur le court pour taper la balle et je veux continuer parce que j’apprécie ça.” 

Et le Queen’s n’est sans doute qu’une étape pour un Andy Murray retrouvé qui aimerait enchaîner, toujours en double, à Wimbledon, dans son jardin. Pour gagner? “Je ne sais pas si c’est possible, mais ça n’a aucune importance”, insiste-t-il. L’histoire n’en serait, en tout cas, que plus belle. 

Plein écran
“Si c’était mon dernier match, c’était une belle manière de terminer”: les mots d’Andy Murray, en quittant Melbourne, le 14 janvier dernier. Cinq mois plus tard il est de retour sur les courts. © photo_news