Plein écran
Capture d'écran. © Twitter

La grosse bourde de Feliciano Lopez lors de son double avec Andy Murray

Au Masters 1000 de Montréal, Feliciano Lopez et Andy Murray ont reformé leur paire de double qui avait surpris et étonné lors de leur triomphe au Queen’s en juin dernier. Pour leur second tournoi, ils se sont imposés face à la paire expérimentée Kubot/Melo (6-7 (5), 6-3 et 11-9). Durant la rencontre, l’Espagnol de 38 ans a commis une bourde en reprenant en vol une balle qui était faute.

Deux mois après leur titre au Queen’s, la paire gagnante Murray/Lopez est de retour. Les deux joueurs n’ont toujours pas perdu un match en étant associés. Lors du 1er tour de la Coupe Rogers, ils ont pourtant souffert pour se défaire de Kubot/Melo: “Lors du match décisif, nous avions l’impression de bien jouer sans en être récompensés”, a déclaré Murray. “C’était serré à la fin, mais nous sommes heureux de passer.” 

“Chaque fois que je joue avec Andy, c’est très amusant”, a déclaré Lopez. “La journée d’aujourd’hui était également très spéciale. Je pense que nous méritions la victoire parce que nous avons bien joué dans l’ensemble.”

Quand Lopez oublie une règle fondamentale

Une scène cocasse s’est déroulée durant la recontre. Lors du premier set à 4-3, Murray sert pour confirmer le break, empoché quelques instants plus tôt. Mais à 40/0, sur une bonne première balle de l’Ecossais, Lucas Kubot tente de lober Feliciano Lopez qui frappe un joli smash sur Marcelo Melo. Le Brésilien parvient à redresser la balle mais celle-ci flotte et s’envole assez largement sur le côté du terrain. C’est à ce moment que l’Espagnol reprend la balle... avant qu’elle ne touche le sol. 

L’arbitre applique strictement la règle et annonce alors 40/15. Feliciano Lopez semble surpris de cette annonce. Mais en fin technicien, son partenaire Andy Murray lui rappelle qu'il n’avait pas laissé de rebond à la balle. Heureusement pour eux, ce manque de concentration du vétéran n’aura eu aucune conséquence.  

Au prochain tour, la paire rencontrera les finalistes de Roland Garros, Jeremy Chardy et Fabrice Martin.