Serena Williams avec sa fille.
Plein écran
Serena Williams avec sa fille. © photo_news

Serena se livre: "Je ne me sentais pas une bonne mère"

Dans un message émouvant publié sur Instagram, Serena Williams se livre sur les moments difficiles qu'elle traverse actuellement. L'Américaine essaie de trouver le bon équilibre entre sa vie de maman et celle de championne.

Serena Williams traverse une période difficile. Défaite en finale de Wimbledon, la tenniswoman de 36 ans a subi la pire défaite de sa carrière la semaine dernière à San Jose (6-1 6-0 face à Johanna Konta). Dans la foulée, elle a déclaré forfait pour le tournoi de Montréal, organisé cette semaine.

Celle qui est considérée par beaucoup comme la plus grande joueuse de tennis de tous les temps s'est livrée à coeur ouvert sur les réseaux sociaux. 

Dépression post-natale
"La dernière semaine n'a pas été facile pour moi. Non seulement j'ai dû accepter des choses difficiles sur le plan personnel, mais j'ai aussi traversé une déprime passagère. Mais surtout, je ne me sentais pas une bonne mère", écrit la maman d'Alexis Olympia, sa fille de onze mois, sur Instagram.

La détentrice de 23 tournois du Grand Chelem en simple évoque une dépression post-natale. 

"J'ai lu plusieurs articles qui indiquaient que la dépression post-partum peut durer jusqu'à trois ans si on ne s'attarde pas sur la situation. J'en ai parlé à ma mère, à mes sœurs et à mes amis, qui m'ont fait savoir que mes sentiments sont totalement normaux", poursuit l'Américaine.

Serena aux mamans: "Vous êtes les vraies héroïnes"
Trouver l'équilibre entre sa vie de sportive de haut niveau et celle de maman n'est pas chose aisée, confie Serena.

"Je travaille beaucoup, je m'entraîne et j'essaie d'être la meilleure athlète possible. Cependant, même si je suis avec elle (sa fille) tous les jours de sa vie, je ne suis pas aussi présente que je le voudrais."

Et Serena conclut en s'adressant particulièrement aux mamans. "La plupart d'entre vous, les mamans, connaissez la même chose. Que vous soyiez à la maison ou au travail, trouver cet équilibre avec les enfants est un véritable art. Vous êtes les vraies héroïnes."

Les "joueuses-mamans" ne sont pas légion sur le circuit WTA. Outre Serena Williams, Victoria Azarenka a aussi mis sa carrière entre parenthèses pour mettre son premier enfant au monde. Il y a quelques années, Kim Clijsters avait donné naissance à sa petite Jada avant de faire un retour tonitruant sur le circuit.

  1. Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters a réagi pour la première fois à la pandémie du coronavirus. Réduite au chômage technique comme tous les joueurs et joueuses de tennis, la Limbourgeoise, 36 ans, s'est exprimée par le biais de ses comptes Instagram et Twitter depuis les États-Unis. L'ancienne N.1 mondiale, qui devait y disputer les tournois WTA d'Indian Wells et de Charleston, a en effet décidé de rester de l'autre côté de l'Atlantique, dans sa maison du New Jersey, où elle a été rejointe par son mari Brian Lynch et sa fille aînée, Jada.