Plein écran
Pierre-Hugues Herbert et David Goffin © afp

“Un contexte spécial”: Goffin impatient d'affronter “un pote” au second tour

David Goffin (ATP 11) a fait une autoritaire entrée mardi soir dans son septième Open d'Australie et son 30e tournoi du Grand Chelem de sa carrière. Sur le court n°3, le Liégeois, 29 ans, a battu en cinquième match, de manière convaincante en trois sets, le Français Jérémy Chardy (ATP 58) 6-4, 6-3, 6-1 en 1h48 de jeu. 

"Je suis content", a-t-il dit après sa victoire. "Quand j'ai vu la programmation, que je jouais en cinquième match et que même Elise (NdlR : Mertens) était encore prévue après moi, je me suis dit que cela allait être tard et que les conditions, sous la lumière artificielle, avec une météo plus fraîche, allaient être plus délicates. Il a fallu que je m'adapte au début, car il était plus difficile de faire avancer la balle, mais j'ai assez vite trouvé mes marques et le premier set m'a fait du bien. Ensuite, j'ai joué de mieux en mieux. J'ai bien servi et en retour, j'ai eu des occasions sur quasiment tous ses jeux de service. Avoir gagné en trois sets contre un joueur dangereux comme Chardy, c'est l'idéal.”

“Potes avant et après”

Jeudi au deuxième tour, c'est un autre Français que David Goffin retrouvera, en la personne de Pierre-Hugues Herbert (ATP 64). L'Alsacien, 28 ans, qui n'est autre que l'un des meilleurs amis sur le circuit du n°1 belge, a battu de son côté le Britannique Cameron Norrie (ATP 62) 7-5, 3-6, 3-6, 7-5 et 6-4 au terme d'un âpre combat de 3h42.

“Pierre-Hugues, je le connais très bien. C'est un pote", a-t-il poursuivi. "On s'est souvent entraîné ensemble. Il a usé pas mal d'énergie aujourd'hui. Il a dû batailler cinq sets. Quelque part, cela m'avantage, mais nous aurons un jour de repos demain, et il pourra donc récupérer. Les dernières confrontations ont tourné en ma faveur, mais il faudra à nouveau disputer un bon match. Le retour sera une arme très importante face à lui. Ce sera un contexte un peu spécial, mais c'est un deuxième tour de Grand Chelem. Et quoi qu'il arrive, on sera potes avant et après", a-t-il conclu.