Marcelo Rios en 2007
Plein écran
Marcelo Rios en 2007 © afp

Un ex-numéro un mondial se lâche: “L’ATP est la plus grosse merde qui existe”

TennisNuméro un mondial en 1998, Marcelo Rios a lancé de graves accusations à l’encontre de l’ATP et d’Andre Agassi, qui aurait été contrôlé positif à quatre reprises lors de tests antidopage.

Retraité depuis 2004, Marcelo Rios n’a toujours pas sa langue dans sa poche. Le Chilien, qui avait dû mettre un terme à sa carrière dès l’âge de 28 ans à cause de problèmes de dos, est revenu sur la période où il était joueur. Et l’ancien joueur affirme avoir été choqué par certaines pratiques de l’ATP.

“Des gringos”

Le vainqueur de 18 titres ATP a d’abord critiqué l’organisation du Masters de fin d’année. “Le Masters était toujours sur une surface rapide pour faire gagner Sampras. Bruguera et moi, on disait qu’il fallait une surface différente chaque année. Les Sud-Américains payaient toujours”, dénonce-t-il pour AS Chile.

Sa principale accusation est ailleurs. Selon lui, l’instance aurait dissimulé à quatre reprises les confirmations de dopage de l’un de ses concurrents de l’époque, l’Américain Andre Agassi. “L’ATP est la plus grosse merde qui existe. Ils ont attrapé Agassi quatre fois pour dopage et l’ont couvert car c’était Agassi, et que le tennis allait dans le mur. Ce sont des merdes, des ‘gringos’”, a-t-il lâché, interrogé sur son compatriote Nicolas Jarry, qui fait l’objet d’une suspension provisoire pour avoir été contrôlé positif à deux anabolisants interdits lors d’un test antidopage.

Des doutes sur Agassi

Rios n’est pas le premier joueur à dévoiler publiquement ses suspicions à l’encontre d’Andre Agassi. L’ancien joueur français Michaël Llodra avait déjà écrit dans son livre: “Dans le milieu, on avait des doutes. Surtout quand on avait constaté qu’il (Agassi) s’était énormément musclé le haut du corps. Moi-même je l’avais vu pousser 140 kg au développé couché. Cela étant, je n’avais pas de preuve. Je n’allais pas non plus le dénoncer, me transformer en chevalier blanc. Ce n’était pas mon rôle.”

Andre Agassi avait lui-même reconnu s’être drogué durant sa carrière, et avoir menti aux autorités afin d’éviter une suspension sportive pour avoir consommé de la méthamphétamine en 1997. L’ATP avait alors classé le dossier.

  1. Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters est restée aux États-Unis: “Je suis toujours aussi motivée”

    Kim Clijsters a réagi pour la première fois à la pandémie du coronavirus. Réduite au chômage technique comme tous les joueurs et joueuses de tennis, la Limbourgeoise, 36 ans, s'est exprimée par le biais de ses comptes Instagram et Twitter depuis les États-Unis. L'ancienne N.1 mondiale, qui devait y disputer les tournois WTA d'Indian Wells et de Charleston, a en effet décidé de rester de l'autre côté de l'Atlantique, dans sa maison du New Jersey, où elle a été rejointe par son mari Brian Lynch et sa fille aînée, Jada.