Ces Belges qui nous font voyager: Romain et Jonas parcourent l’Amérique du Sud à vélo

Vivre sur la route, au milieu de paysages de carte postale, dans des lieux tous plus fantastiques les uns que les autres, c’est le rêve de beaucoup de personnes. Mais tous ne le font pas, simplement parce qu'ils n’osent pas ou qu'ils ne le peuvent pas. Romain et Jonas, eux, on décidé de faire de ce rêve une réalité et parcourent actuellement l’Amérique du Sud munis, uniquement, de leur vélo, de leur tente et de quelques vêtements.

Romain et Jonas se sont rencontrés à Liège, lors de leurs études de kinésithérapeute.
Plein écran
Romain et Jonas se sont rencontrés à Liège, lors de leurs études de kinésithérapeute. © D.R.
Les deux amis ont débuté leur voyage sportif à Bogota, en Colombie.
Plein écran
Les deux amis ont débuté leur voyage sportif à Bogota, en Colombie. © D.R.

Pour caricaturer, dans la vie, il y a deux types de personnes. Les casanières, qui aiment leur confort et ne rêvent pas forcément de grands voyages. Et puis il y a les autres, celles qui ne peuvent rester en place, qui ne rêvent que d’une chose : découvrir et parcourir le monde, qui ont soif d’aventure et mettent tous leurs moyens en œuvre pour pouvoir assouvir ce besoin. Dans cette catégorie, on retrouve Romain et Jonas, deux amis qui se sont rencontrés au fond, sur les derniers bancs des amphis liégeois, et qui partagent depuis quelques mois une aventure hors du commun.

Après la Martinique, l’Amérique du Sud

Tous deux kinésithérapeutes, Romain, le Namurois, et Jonas, le Liégeois, ont décidé, de partir, ensemble, en Martinique pour y travailler. Il faut dire que l’île française est en demande de professionnels médicaux. S’embarquer loin de leur famille, de leurs amis et de leur copain et copine n’a, certes, pas été un choix évident, mais cela n’a pas freiné ces deux aventuriers. Entre deux journées de travail, les deux potes se sont adonnés aux joies du surf, de la rando, du trail, etc. Bref, rares sont les moments où ils restaient inactifs.

En Martinique, lorsqu'ils avaient des jours de congé, il enfourchaient leur vélo et faisaient le tour de l'île.
Plein écran
En Martinique, lorsqu'ils avaient des jours de congé, il enfourchaient leur vélo et faisaient le tour de l'île. © D.R.

Depuis le début du mois de février, Romain et Jonas se sont embarqués dans une toute autre aventure : parcourir une partie de l’Amérique du Sud à vélo. Rien que ça ! Romain n’en est pas à son premier coup d’essai. “Après mes études, et quatre mois d’Erasmus en Finlande, je suis parti huit mois en Amérique du Sud. J’ai fait plus ou moins 8.000 kilomètres et j’ai traversé plusieurs pays, notamment la Bolovie et le Brésil”, explique le Namurois. Il n’a pas fallu longtemps à Romain pour convaincre Jonas qui, lui, n’avait jamais fait un tel voyage.

Limiter ses dépenses

Une aventure comme celle-là ne se prépare pas n’importe comment. Si Romain avait déjà un vélo, Jonas a dû en acheter un : “Comme la plupart du temps, on est éloigné de la civilisation, il a fallu que je regarde pour un vélo qui peut être réparé facilement. J’ai donc opté pour un modèle que je pouvais ressouder en cas de pépin. Exit, donc le vélo léger en aluminium”. Un vélo plutôt onéreux mais indispensable, puisqu’il est le seul moyen de se déplacer pour les deux baroudeurs.

Comme leur trip dure cinq mois, en tout, il faut avoir de l’argent de côté. “Quand on a décidé de partir à vélo, on a commencé à mettre de côté. En Martinique, on ne faisait pas de dépenses inutiles et on préférait les activités nature et gratuites. Comme on est indépendant, on a pu prendre congé très facilement, mais il faut bien se dire que, du coup, on va être sans revenus pendant cinq mois”, explique Romain. Heureusement, voyager à vélo avec sa tente sur le porte-bagage ne coûte pas cher. Les seules dépenses auxquelles ils doivent faire face sont la nourriture et les éventuelles auberges de jeunesse en ville. “La première fois que j’étais parti en Amérique du Sud, j’avais un budget journalier de 2 à 3 € et je l’ai très bien vécu”, ajoute le Namurois.

Plein écran
© D.R.
Ce n'est pas la première fois que Romain fait ce genre de voyage à vélo.
Plein écran
Ce n'est pas la première fois que Romain fait ce genre de voyage à vélo. © D.R.

Gérer la distance

Outre la Martinique et ce trip à vélo, les deux comparses ont beaucoup voyagé de leur côté. Outre l’Amérique du Sud et la Finlande, Romain est déjà parti en Asie et en Islande, par exemple. Jonas, de son côté, a passé plusieurs mois à la montagne pour le travail, et est aussi allé au Pérou et en Australie, notamment. Si leurs aventures en font rêver plus d’un et qu’ils ne regrettent pas leur choix, un aspect demeure difficile : la distance.

“Ce n’est pas toujours facile d’être loin de ma famille, de mes amis ou de mon amoureuse. Jusqu’à présent, ce n’était tout de même pas difficile de nous voir, parce que, même si j’étais à l’étranger, j’étais fixé quelque part. Du coup, je retournais de temps en temps chez moi ou eux venaient me voir”, explique le Liégeois. Mais les choses vont se corser avec ce trip à vélo. Pendant cinq mois, ils ne pourront pas voir leurs proches. Mais pour se retrouver, les deux amis ont déjà invité leur copine et leur copain à les rejoindre à Cuba pour de belles retrouvailles sous le soleil.

En ce moment, Romain et Jonas se trouvent en Colombie.
Plein écran
En ce moment, Romain et Jonas se trouvent en Colombie. © D.R.

Souvent bien loin de toute connexion internet, les deux amis sont très peu actifs sur les réseaux sociaux. Toutefois, dès qu’ils en ont l’occasion, ils n’hésitent pas à partager quelques clichés qui nous laissent bien rêveurs.

Retrouvez ici toute l’actualité de la région de Liège.