Illustration
Plein écran
Illustration © Getty Images

Ces situations qui nous énervent tant pendant les vacances commencent à nous manquer

Après 10 mois d'une crise sanitaire qui n’en finit pas, le manque de voyages commence à se faire ressentir chez de nombreux Belges. Et pas seulement. D’après un sondage mené par la compagnie TUI, on regrette même ces petits désagréments qui nous énervent tant pendant les vacances. 

  1. Gros déficit d’exploitation pour l'aéroport de Charleroi en septembre

    Gros déficit d’exploitation pour l'aéroport de Charleroi en septembre

    Brussels South Charleroi Airport (BSCA) a repris ses activités commerciales le 15 juin dernier après plusieurs semaines de disette à cause du coronavirus. Durant les mois de juillet et août, il a accueilli 572.589 passagers, soit 65% de voyageurs en moins au regard des résultats de 2019. Le nombre de mouvements commerciaux a connu une baisse de 49%. Les chiffres du mois dernier ne sont pas meilleurs. Loin de là même!
  2. Pour rester dans sa bulle, il faut payer chez Ryanair

    Pour rester dans sa bulle, il faut payer chez Ryanair

    Cela fait plusieurs semaines maintenant que la propagation du coronavirus progresse à vitesse grand V. Au point qu’aujourd’hui, les hôpitaux sont au bord de la saturation en Belgique francophone! Des mesures contraignantes ont récemment été prises par les différents gouvernements du pays: fermeture de l’Horeca, couvre-feu étendu à Bruxelles et en Wallonie, interdiction de toutes les compétitions sportives amateurs... Mais pour l’instant, le lockdown n’est pas remis au goût du jour. Certaines pratiques commerciales sont, pourtant, en complète contradiction avec les mesures sanitaires les plus élémentaires.
  1. Un «train ambulancier» à la gare de Rome
    Play

    Un «train ambulan­cier» à la gare de Rome

    10:49
  2. Une collision spectaculaire entre un train et un bus en Suède fait trois blessés
    Play

    Une collision spectacu­lai­re entre un train et un bus en Suède fait trois blessés

    9:01