Plein écran
© thinkstock

Et si cette année, vous adoptiez la tendance du slow travel?

Laissez la frénésie au quotidien et profitez de vos congés annuels pour aborder la vie autrement. Le slow travel a la cote. En quoi ça consiste? On vous explique.

Les vacances sont faites pour ralentir. On vous l’accorde: on est tellement habitués à courir tout au long de l’année qu’on a parfois du mal à lever le pied. Mais le changement s’opère doucement mais sûrement: le slow tourisme compte de plus en plus d’adeptes. L’idée est de profiter des paysages, de traîner, de buller, de ne surtout pas se presser. 

Le train plutôt que l’avion

On laisse tomber la liste des choses à voir absolument pour une promenade au ralenti dans un lieu qu’Instagram ne connaît pas, les vols en avion pour un déplacement en train. On se rappelle en gros qu’il n’y a pas que la destination qui compte mais la façon d’y arriver.

Le mouvement de la slow food consiste à se concentrer sur l’agriculture locale, la cuisine régionale, des méthodes de cuisson à l’ancienne, plus lentes. Le slow travel, c’est pareil. “Dans sa forme la plus simple, le slow travel, c’est voyager en train, à cheval, à pied, à vélo ou en bateau”, pour Tom Barber, co-fondateur d’Original Travel. “Il s’agit d’apprécier le paysage au fur et à mesure du voyage et de ne faire qu’un avec lui. Ce qu’on ne peut pas faire quand on est au volant de sa voiture et qu’on voit tout à travers une vitre.”

Pour Responsible Travel, “le slow travel est au tourisme ce que les applications de méditation sont à nos vies. On se connecte à l’âme d’un lieu, à travers son histoire, sa nourriture, sa langue et les gens. C’est plus important que faire des photos pour Instagram ou cocher sa bucket list.”

Des effets positifs à long terme

Si le slow travel a la cote, c’est notamment parce qu’il émet bien moins de CO2 qu’une autre forme de voyage. Mais aussi parce que voyager de cette façon permet de vraiment se ressourcer. Les effets positifs sont notables, bien après votre retour de vacances.

Pour adopter le slow travel, privilégiez donc l’exploration des endroits moins cotés, moins visités. Ce n’est pas parce qu’on en parle moins qu’ils n’ont pas de charme. Tous les endroits devenus incontournables ne l’étaient pas à l’origine. C’est une question de mode et de bouche-à-oreille. 

Séjournez dans des hôtels locaux, engagez des guides touristiques locaux, mangez dans des restaurants locaux. Interrogez-vous une fois sur place: au lieu de prendre un Uber, et si je marchais? Le slow travel est un mode de vie. Appréciez votre environnement, profitez de chaque minute que la vie vous offre, réjouissez-vous de la beauté de la nature et des petits plaisirs du quotidien. C’est un bon début pour adopter définitivement la tendance du slow travel.

  1. Les pistes de ski accessibles dans les Fagnes aujourd’hui

    Les pistes de ski accessi­bles dans les Fagnes aujourd’hui

    Les pistes de ski alpin du Thiers des Rexhons (Spa) et d'Ovifat (Waimes) seront accessibles jeudi dès 9h30, ont fait savoir mercredi leurs gestionnaires respectifs par voie de communiqué. Les importantes chutes de neige survenues ces dernières 24 heures sur la région verviétoise autorisent ces ouvertures qui seront peut-être plus nombreuses jeudi matin au regard des réelles conditions d'enneigement et de glisse sur les hauts plateaux fagnards.
  1. Le coronavirus inquiète les voyageurs de l’aéroport de Charleroi: “Aucun contrôle”

    Le coronavi­rus inquiète les voyageurs de l’aéroport de Charleroi: “Aucun contrôle”

    L’aéroport de Charleroi est passé dans la phase 2 de son dispositif destiné à éviter une épidémie sanitaire. Il s’agit d'une phase d’information et de sensibilisation à l’attention de son personnel. Il a pris cette décision après que le coronavirus se soit répandu très rapidement en Italie. En effet, plusieurs de ses vols ont pour destination Milan, Rome, Turin et Venise. Toutes ces villes sont touchées par le COVID-19 (l’acronyme anglais du coronavirus 2019).
  2. Les trois questions à se poser avant d’oser l’expatriation
    Blog

    Les trois questions à se poser avant d’oser l’expatriation

    Notre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram ici, Facebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.