Illustration
Plein écran
Illustration © Club Med

Il y aura un avant et un après Covid-19 pour nos vacances: comment le Club Med voit le futur

InterviewAlors que nos escapades prévues à Pâques sont déjà tombées à l’eau, les vacances d’été s’annoncent mal : il est de plus en plus probable qu’on doive passer la belle saison dans les limites des frontières de notre pays. C’est évidemment difficile à gérer, même si c’est compréhensible au vu de la crise sanitaire inédite que le monde traverse. C’est également compliqué à gérer pour les acteurs du tourisme. Les clubs de vacances, notamment, qui rassemblent de nombreuses personnes en leurs murs vont probablement devoir s’adapter. Eric Georges, directeur général du Club Med Benelux, nous a expliqué comment le Club Med faisait face à la situation actuelle et il nous donne, au passage, une petite idée du futur.

Les Clubs ont fermé partout dans le monde, les uns après les autres… Ça a été très vite. Comment le Club Med a-t-il fait face aux décisions qui ont été prises par les différents gouvernements suite à la crise du coronavirus?

Le Club Med en Chine a fermé fin janvier. C’était le début. Comme tout le monde, on a suivi l’évolution de près. Les resorts de ski en Italie, en Suisse et ensuite dans les Alpes françaises ont été les suivants à fermer. La veille du confinement officiel annoncé en France, on a appelé tous nos clients pour leur dire de ne pas partir ou bien on les a dirigés vers d’autres resorts qui restaient encore ouverts. Après, on a fermé les villages de soleil. Les pays dans lesquels se trouvent nos resorts prenaient des décisions nationales. On les a suivies. Il y a eu la République dominicaine, le Maroc… C’était des décisions sans concertation. On a rapatrié tous nos clients avant même que le gouvernement ne l’exige. Ça a été un travail titanesque mais aucun client n’est resté sur le carreau même ceux qui n’avaient pas réservé le voyage jusqu’au Club avec nous.

Quand on entend que “les vacances d’été sont annulées”, comment réagit le Club Med?

On n’en est pas encore là. Emmanuel Macron avance la date du 11 mai comme date de sortie du confinement et il n’y aura pas de grand événement jusqu’à mi-juillet. La protection de nos clients et de nos équipes est notre priorité. C’est ça qui dirige nos décisions. Mais on suit les recommandations gouvernementales. Les gens qui ont déjà réservé leur séjour peuvent le reporter sur une période de 18 mois. Si leur séjour est plus cher qu’initialement, on les accompagne avec un avoir de 200 euros par personne et 100 euros pour les enfants. Évidemment, j’espère que les gens pourront prendre des vacances même si ça a l’air mal parti. On peut imaginer la réouverture de certains resorts en juillet-août. On imagine que certaines personnes qui viendront chez nous auront une appréhension et que d’autres ne voudront plus penser au Covid-19 et voudront se changer les idées. C’est là que le savoir-faire du Club Med interviendra.

Est-ce que ça va changer des choses dans votre façon d’accueillir les gens, sachant qu’une deuxième vague n’est pas à exclure ?

On travaille très fort sur le déconfinement. On n’a pas encore pris de décision mais on peut imaginer que les restaurants du Club ouvriront à des horaires différents, par exemple, pour éviter les grandes foules. On ne prendra, en tout cas, jamais de risques. On n’en a pas pris, on n’en prendra pas. On veut que les gens soient à l’aise. On est beaucoup dehors au Club Med, il y a plusieurs petits restaurants au lieu d’un géant comme dans les années 80. Dans nos resorts rénovés ou dans les nouveaux, on a des parties zen, des parties animées, il y a des petits espaces où on peut être seuls, s’isoler. Dans les cours de sport, il y a la possibilité de prendre des leçons individuelles. Le Club Med, c’est très ouvert sur l’extérieur. Ça nous aide beaucoup dans ce cas précis.

Le Club Med a lancé le Club Med à la maison. C’est une façon de garder le lien avec les habitués ? De continuer à distiller de la bonne humeur ?

La créativité du Club Med est quelque chose que tout le monde connaît. On ne s’arrête pas. On garde un lien avec des petites animations sur Internet. Il y a des cours de yoga, des activités à faire en famille, c’est joyeux et c’est bien suivi.

Vous avez envie de dire quoi aux gens qui espéraient passer leurs vacances chez vous cette année et qui ont dû ou qui vont devoir reporter ?

J’ai envie de leur dire que pour le moment, il n’y a rien à faire. Il faut penser à la santé de l’ensemble des citoyens plutôt qu’à nos vacances. Mais une fois que les frontières seront rouvertes, venez. On fait très attention à la sécurité, à la santé, à l’hygiène depuis toujours au Club Med. Après avoir passé du temps contraint en famille, vous allez pouvoir vous régénérer ensemble, chez nous. On propose des moments en famille, des moments où les gens peuvent être en couple sans les enfants, et des moments où on peut être seul. Le Club Med vous permet de vous redécouvrir en famille dans un endroit idyllique. Bon courage à tout le monde, faites attention à vous et réfléchissez à ce qu’on pourra tirer de cette situation. Certaines choses vont évoluer, et j’espère dans le bon sens. 

  1. La police de Charleroi avertit de plusieurs radars de contrôle routier

    La police de Charleroi avertit de plusieurs radars de contrôle routier

    Comme toutes les zones de police en Belgique, celle de Charleroi doit remplir sept missions de base: le travail de quartier, l’accueil zonal, l’intervention, l’assistance policière aux victimes, la recherche locale, le maintien de l’ordre public et la circulation routière. Évidemment, le respect des mesures de confinement et de distanciation sociale était devenu une priorité ces derniers temps. Mais en même temps que le déconfinement de la société, la police carolo va retaper sur le clou des contrôles routiers.