Plein écran
Le voyage en camping-car, c'est un peu un fantasme pour tous ceux qui se rendent en Californie, non? © Getty Images/iStockphoto

Mon trip en camping-car en Californie à 1 dollar/nuit: mes fantasmes vs la réalité

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram iciFacebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.

La Californie est l’endroit rêvé pour s’essayer au voyage au camping-car. Les routes sont larges, la conduite facile et les paysages incroyables. Depuis notre installation en Californie, le trip en RV (pour Recreational Vehicule) faisait partie de notre liste des choses à faire. On a décidé de (re)faire la Pacific Coast Highway, cette fameuse route panoramique qui serpente le long de l’océan, en camping-car pendant les fêtes de fin d'année. On est remonté la côte entre Los Angeles et San Francisco et on a dormi quatre nuits dans un camping-car absolument gigantesque. Voici ce que j’imaginais sur le voyage en camping-car et la réalité.

J’imaginais ressentir un vrai sentiment de liberté

En réalité, ça ne s’est pas passé comme ça. Pas tout à fait. D’abord, j’ai eu peur de la taille du camping-car. Nous sommes passés par Apollo RV pour la réservation et le site Imoova.com. C’était une incroyable bonne affaire!. On a loué notre camping-car pour 1 dollar par nuit. Non, je n’ai pas oublié de zéro! Il s’agit en fait de relocation. On prend le CC à un endroit pour le déposer à un autre, selon les besoins de l’entreprise. Vu qu’on leur rend service en ramenant le CC à bon port, ils nous font la location pour 1 dollar symbolique. Je vous explique tout ça dans la vidéo postée dans l’article complet à lire sur le blog.

Le système étant un peu différent qu’une réservation traditionnelle de camping-car en Californie, on n’a pas choisi notre véhicule, on a pris ce qui était disponible. On savait qu’il y aurait de la place pour trois et c’est à peu près tout ce qui nous importait. Mais quand j’ai vu la longueur du RV qu’on nous avait attribué, j’ai un peu paniqué. Il y avait de la place pour y dormir à 9! Au final, je ne l’ai pas conduit, j’ai laissé mon homme gérer le volant. La taille du véhicule fait que ça gâchait un peu le sentiment de liberté.

En effet, on ne passe évidemment pas inaperçus, on a vite l’impression de déranger et on ne sait pas s’arrêter où bon nous semble tant on prend de la place. Moi qui imaginais un trip un peu sauvage, j’avais l’impression d’être une tortue, avec toute ma maison sur le dos. Je pense que je me serais sentie plus libre sur la route des parcs nationaux, par exemple, avec des routes plus larges et moins fréquentées. Ici, on était entre Noël et nouvel an sur la Pacific Coast Highway aussi chargée qu’un lundi matin sur le ring de Bruxelles. Ça n’a pas aidé.

Mais il y a eu quelques moments de pur bonheur. Je pense par exemple à la nuit où nous avons dormi gratuitement dans un parc, à quelques mètres de l’océan. Pendant la nuit, on entendait les vagues fouetter les rochers et au réveil, la petite fenêtre de notre chambre donnait directement sur le Pacifique. J’avais l’impression que le monde m’appartenait et que toute sa beauté m’était uniquement réservée. C’était assez génial.

Je pensais ne pas me doucher pendant quatre jours

Je m’étais déjà fait à l’idée de la toilette de chat à l’évier des toilettes d’un supermarché. Notre camping-car était, en fait, aussi confortable qu’une habitation moderne. Comme vous pouvez le voir dans la vidéo, il disposait d’une cuisine complètement équipée avec un four, un micro-ondes, un frigo et des taques de cuisson, d’une salle de bain avec une douche, un évier et des toilettes. D’une vraie chambre parentale avec des placards pour ranger ses vêtements. 

Il y avait aussi de l’eau chaude, du chauffage et de l’électricité. On avait payé un supplément pour en disposer : 20 dollars pour notre voyage de quatre jours. Détail assez incroyable : en appuyant sur un bouton près de la porte principale, l’un des murs du RV reculait et on gagnait encore plus d’espace. J’ai donc pu prendre ma douche sans souci et même sécher mes cheveux. Bref, j’étais au Ritz.

Pour lire la suite de l’article sur le blog, cliquez ici.