Le soir, la ville d'Opole change de visage et le calme fait place à la fête.
Plein écran
Le soir, la ville d'Opole change de visage et le calme fait place à la fête. © Sarah Moran Garcia

Quatre activités culturelles insolites à faire à Opole

Voilà de ça deux semaines, nous vous faisions découvrir la région méconnue d’Opole, en Pologne. Mais quoi de mieux, pour mieux connaître une région qu’une petite liste des choses et activités insolites qui y sont possibles.

1. Le Muzeum Wsi Opolskiej

Ce musée en plein air n’est pas comme les autres, car, sur plusieurs hectares, sont regroupés pas moins de 56 bâtiments typiques. Ainsi, sur les différents parcours proposés, les visiteurs peuvent admirer la façon de vivre des Polonais durant le 18e siècle jusque dans les années 1930. Ce véritable village rural au cœur de la ville permet de passer des journées hors du temps. En effet, bien que ce soit un musée, beaucoup de visiteurs y viennent pour s’y détendre durant une journée, emportant avec eux leur pique-nique. Le dépaysement est garanti.

Dans ce musée en plein air, 56 bâtiments en bois de différentes époques se côtoient.
Plein écran
Dans ce musée en plein air, 56 bâtiments en bois de différentes époques se côtoient. © Sarah Moran Garcia

2. L’atelier de porcelaine 

Comme la majorité des régions du monde, celle d’Opolskie a un artisanat qui lui est propre. Là, les habitants sont particulièrement fiers du travail de la porcelaine. Les motifs délicats de végétaux aux couleurs vives sont uniques en leur genre. L’œil expert des peintres qui ont dû être formés durant de plusieurs années sait d’ailleurs reconnaître les contrefaçons. Cet art demande maîtrise et patience. Dans certains ateliers, il est même possible de s’essayer à cette pratique. Et si les motifs ont l’air très simples, il est très difficile d’avoir un résultat du telle finesse.

Dans certains ateliers, il est possible de peindre soi-même son pavé de porcelaine.
Plein écran
Dans certains ateliers, il est possible de peindre soi-même son pavé de porcelaine. © Sarah Moran Garcia

3. L’usine de robots Lacznik

Cachée dans un tout petit garage au cœur du minuscule village de Lacznik, l’usine de robots de Sebastian Kucharski a de quoi fasciner. Ce passionné de travaux manuels et de récupération s’est dit qu’un jour qu’il construirait des robots à partir de pièces détachées. Depuis, il a fait de sa passion son métier et expose fièrement ses créations lors de divers événements. Il est d’ailleurs possible de passer des commandes et il se fera une joie de montrer ses plus belles et grandes créations.

Sebastian a fait de sa passion son métier et reçoit des commandes du monde entier.
Plein écran
Sebastian a fait de sa passion son métier et reçoit des commandes du monde entier. © Sarah Moran Garcia

4. La Vallée de Mala Panew 

Du kayak, on peut en faire partout, c’est certain. Mais c’est un bon moyen de découvrir le côté le plus sauvage de la région. La rivière Panew est un affluent de l’Odra. Appelé « Amazone d’Opole », son calme aventureux ne risque pas de laisser indifférent. Voici une manière sportive de découvrir les richesses de la faune et de la flore locale.

  1. Gratuité du TEC: la Région Wallonne plus rapide que Charleroi Métropole

    Gratuité du TEC: la Région Wallonne plus rapide que Charleroi Métropole

    Le 25 février de l’année dernière, la ville de Charleroi a lancé une étude pour examiner la possibilité d’instaurer rapidement la gratuité des transports en commun. Finalement, c’est la solution d’une gratuité partielle qui est envisagée. Cependant, elle serait élargie à Charleroi Métropole et ses 29 communes. Ce qui représente une population de 600.000 habitants. Dans le même temps, la Déclaration de Politique Régionale (DPR) du gouvernement wallon prévoit également une gratuité partielle du Transport en Commun (TEC).
  2. Confinée au Maroc, la petite Yasmine désespère: “J’ai trop envie d’aller en Belgique”
    Play
    Interview

    Confinée au Maroc, la petite Yasmine désespère: “J’ai trop envie d’aller en Belgique”

    Plusieurs centaines de Belges sont actuellement bloqués au Maroc. Parmi eux, il y a des personnes âgées et des enfants qui perdent patience. D’autres manquent de médicaments. Mais le royaume chérifien a gelé toutes les liaisons aériennes depuis le 15 mars dernier et ce, jusqu’à nouvel ordre. En cause: la crise du coronavirus. Selon les Affaires Étrangères belges, le Maroc ne veut pas laisser partir les binationaux et Marocains résidant en Belgique. Pourtant, plusieurs de nos ressortissants ont uniquement la nationalité belge.